dimanche 18 juin 2017

Législatives: Bruno Masure stigmatise et méprise les Français d'outre-mer


Patrick Karam, président d'honneur du Conseil Représentatif des Français d'outre-mer (CREFOM) et ancien délégué interministériel pour l'égalité des chances des Français d'outre-mer dénonce le tweet stigmatisant contre les Français d'outre-mer de l'ancien journaliste, Bruno Masure émis à l'occasion du 2ème tour des législatives:


"Dans les DOM, 70% d'abstentionnistes, mais 100% ravis de profiter des multiples aides publiques sur le budget d état #maminutepoujadiste"

Patrick Karam condamne avec la plus grande fermeté ces propos répréhensibles aux relents nauséabonds qui salissent la France et rabaissent la République

Bruno Masure reprend de vieilles considérations racistes en considèrant que les Français d'outre-mer sont tous des assistés et par son tweet honteux qui les désigne à l'opprobre publique il divise les Français et tente de monter une opinion publique fragilisée par les difficultés économiques contre leurs compatriotes ultramarins.

Il est temps pour M Masure de s'informer sur la réalité de nos territoires éloignés et d'en finir avec le fantasme des outre-mer assistés

Les territoires d’Outre-mer sont victimes d’une grande imposture qui consiste à asséner comme une vérité le fait qu’ils « coûteraient cher à la France ». La seule comparaison de l'effort total net de la nation pour les outre mer en 2013, 22,5 Mds d’euros, soit 2,2% des 1000 milliards de dépenses de l’Etat et de la sécurité sociale, pour 4% de la population, démontre le fantasme de l’assistanat.

Certains territoires reçoivent d'ailleurs moins de crédits publics que la moyenne nationale par habitant, comme La Réunion qui perçoit 5% de moins et qui a vu ses transferts régresser de 17% en 5 ans.

S’agissant des emplois publics, 8,16% de la population, ils sont plus élevés d'un point que la moyenne nationale, mais c'est le cas aussi pour d'autres régions hexagonales comme le Limousin (8,19%).

C'est donc bien parce que la République n'a pas assumé ses missions premières de solidarité entre les territoires nationaux que les outre-mer se situent toujours en queue de peloton des territoires nationaux.

M. Masure n'en a que cure que la situation économique et sociale demeure précaire : en 2009-2012, le PIB/habitant dans les DOM représentait, en moyenne, 62 % du niveau de l’hexagone, soit 83,2 % de la région métropolitaine la plus pauvre (Picardie) en 2012. Il s’échelonnait dans les quatre DOM « historiques », entre la moitié (Guyane) et les deux tiers (Martinique : 68,5 %) de la moyenne hexagonale et seulement 25,7 % de ce niveau à Mayotte (2011).

Le chômage intolérable touche plus d’un actif sur cinq dans chaque département, avec un record à La Réunion (29 %). Les taux de chômage des jeunes (enquête emploi 2013) se situent entre 37,4% à Mayotte, 60,6% à La Réunion et 68,2 % en Martinique, contre 24,6% dans l’hexagone. Les quatre DOM « historiques » concentrent 6,7 % du total des chômeurs inscrits depuis plus d’un an, pour 2,9 % de la population.

Le taux de pauvreté est trois et quatre fois plus élevés que dans l’hexagone : il s’établit par exemple à 42 % en 2010 à La Réunion, contre par exemple 24,8 en Seine-Saint-Denis en 2011.

Les retards sont considérables en matière de santé (retard de 23 ans à La Réunion en terme de baisse de la mortalité infantile en 2011 ; retard de 27 ans en Martinique ; de 39 ans à Mayotte !).

M. Masure s'honorerait de s'excuser d'avoir porté atteinte à la dignité de millions de Français. Et à l'avenir, s'il n'a rien à dire d'intelligent sur les Français d'Outre-mer, qu'il se taise.

vendredi 16 juin 2017

Rififi autour du TCSP

Gare du TCSP, Sainte-Thérèse, Martinique

Depuis la fin du couple Césaire-Aliker, la Martinique a hérité que de dirigeants médiocres, plus intéressés à leur petite soupe et petites affaires ou à se dérailler entre eux, qu'à sortir la Martinique du sous-développement et du marasme économique, nous avons en gage des "Yich méchan, président révolvé, c'est- de-la-faute-de-l'autre" que des planificateurs, des développeurs.


"Le 23 mars 2017 démarrait la marche à blanc du TCSP. Et tout le monde affichait sa grande fierté de douciner les bus à haut niveau de service. Personne du Grand Sanblé n’avait manqué à l’appel.

Et surtout plus personne ne racontait non plus que le contrat PPP (partenariat privé public) passé entre l’ancienne région et Caraibus, filiale du groupe Vinci, était mauvais et que ce contrat allait ruiner la collectivité.

Des loyers impayés

Pourtant aujourd'hui on apprend qu'en fait presque rien n’a été payé dans cette affaire. En effet les avances sur loyers que la Région et aujourd’hui la CTM devaient payer n’ont pas été réglé. Pourquoi ? Parce que lorsque les dirigeants de Vinci ont rencontré Alfred Marie-Jeanne, président du Conseil Exécutif de la CTM il y  a un mois, celui-ci a carrément indiqué que la collectivité ne paiera rien et qu’elle va dénoncer le contrat. Pire pour Vinci : ses dirigeants apprennent également que la CTM se réservait le droit de dénoncer tous les contrats que ses services ont passés avec l’entreprise. On se demande alors si cette déclaration devait être considérée comme une menace sur le contrat passé avec une filiale de Vinci pour la construction du lycée schoelcher.

Ce n'est pas la première fois que la CTM se retrouve confronté à ce problème. Lors de la plénière du 29 mars 2016, Alfred Marie-Jeanne avait déjà fait état d'une injonction de payer de la part de Caraïbus. "Je paierai d'abord les bourses des enfants, la formation professionnelle et les salaires des travailleurs avant de payer ça", avait déclaré le Président du Conseil Exécutif.

Près de 8 millions d'euros à régler

Autrement dit le litige qui existe entre la CTM et Caraïbus, cette société qui gère les infrastructures du TCSP, entraîne aujourd’hui des retards de paiements qui s'élèvent à presque 8 millions d’euros. Un montant auquel il faut ajouter 800 000 euros d’intérêt de retard et 19 000 euros de frais d’avocat.

Sans oublier bien sûr des conséquences financières pour Caraïbus, à tel point que si la CTM ne change pas d’avis, la société pourrait mettre un terme à l’exécution de toutes les prestations initialement prévues. Un risque énorme pour l'avenir du TCSP puisque l'entreprise assure l'entretien des bus, des 18 stations, du centre technique et de 4 kilomètres de voies.

En conséquence  il n’y aurait ni marche à blanc, ni marche en couleur.  À moins que  le Syndicat Mixte, Martinique Transport et la CTM trouvent une solution pour remettre le moteur des bus du TCSP en marche." source

La  CTM à travers son porte-parole Daniel Marie-Sainte publie :"La vérité est que c'est le Syndicat mixte du TCSP (SMTCSP) dont le président est Simon MORIN, membre des élus EPMN de la CACEM, qui doit de l'argent à Vinci.

Car c'est le président du SMTCSP qui a signé un contrat PPP avec Caribus-Vinci !
Le Conseil Régional avec comme président Serge Letchimy a servi de caution au président du SMTCSP de l'époque....

Il y a un journaliste de RCI qui cherche systématiquement à tromper l'opinion publique martiniquaise avec la volonté de nuire au Président de la CTM !".

En attendant que ces messieurs trouvent une solution la Martinique prend du fer, je suggère que l'on retire la compétence du transport à ces inutiles et que l'on l'attribue au préfet, au moins avec l'état les choses fonctionnes.

vendredi 19 mai 2017

Le musée Dapper a fermé ses portes !


France: Le musée Dapper, dédié au patrimoine de l'art africain subsaharien, a fermé ses portes hier en raison de problèmes financiers.


La principale cause de ces difficultés tient aux charges générées par son lieu d'exposition ouvert en 2000 dans le XVIe arrondissement de Paris, et qui va être vendu.

"Le bâtiment est lourd à gérer. Nous n'avons aucune subvention publique, nous ne pouvions plus traîner ce boulet", explique la direction.

Le musée a également été confronté à la montée en puissance du Quai Branly, et plus généralement à la concurrence d'une offre culturelle particulièrement riche à Paris.

Depuis son ouverture, il avait présenté plus de 40 expositions, mais sa fréquentation était en baisse.

"On ne baisse par le rideau pour autant, précise-t-on à la direction. La fondation va continuer ses activités au Sénégal" où elle a organisé plusieurs expositions depuis 2012, notamment à Gorée, ainsi que dans les Caraïbes.

Présidée par Christiane Falgayrettes-Leveau, la fondation a été créée par son mari Michel Leveau, ingénieur passionné par l'Afrique.

Olfert Dapper, dont elle tire son nom, était un Néerlandais auteur en 1688 d'une Description de l'Afrique sans jamais avoir visité ce continent.


Martiniquais :Nous sommes un peuple de controverse...



Nous refusons d'être ministre, mais nous allons à la députation. 

On ne veut pas un poste à responsabilité qui pourrait donner de belles orientations en faveur de la Martinique, pour accepter de juste proposer des lois ou des amendements qui n'apportent pas toujours grand chose à la Martinique. 

Mener une politique globale dans un ministère des Outre-mer avec l'aval certes du 1er ministre est quand même mieux qu'aller siéger (quand on peut) pour voter un ensemble de lois qui ne concernent pas toujours spécifiquement la Martinique. 

Entre Teddy Rinner, Lilian Thuram, Laura Flessel et tous les ministres Guadeloupéens potentiels ou passés nous sommes dans une suffisance caractérisée en Martinique.

Dans une posture de rébellion face à un État que l'on rejette mais dont on accepte son école, ses lois, son mode de vie, sa nationalité.....etc 

Soit on prend une indépendance, soit on décide alors d'accepter notre histoire et notre citoyenneté française et de lutter pour une meilleure émancipation de la Martinique. 

Ici on dit souvent: 
Nèg jalou
Nèg méchan
Nèg kont nèg 

Mais en même temps nou pa lé bétché, blanc, miniss etc etc etc 

Donc on aime gueuler mais en même temps on ne veut rien !!

Du coup on stagne et la Martinique n'avance pas !!!

Regardons les problématiques d'un simple transport en site propre (TCSP).

Le seul gros chantier majeur des 5 dernières années est au point mort !!!

Alors bon.....si on veut rester dans une posture de défiance vis à vis d'un État qui organise finalement notre quotidien ...nous sommes ridicules.

Il est temps d'enlever ces foutus "chaines mentales" ...
Décidons notre avenir :
1-Indépendance 
Ou
2-Acceptons notre statut actuel

On ne peut pas vouloir les deux, nou pa ka vansé !!!

Mick Let

mercredi 12 avril 2017

Jean Bernabé n'est plus


Agrégé de grammaire, docteur d'État en sciences du langage, spécialiste des langues créoles, professeur émérite des universités, Jean Bernabé n'est plus.

Il était l'un des pères fondateurs de l'université Antilles-Guyane mais c'est surtout en tant que l'un des pères fondateurs de notre écriture créole moderne que je me souviendrai de lui.

Véritable artisan de la "créolistique" (comprendre linguistique du créole) cet homme de lettre fut celui qui, (avec Raphaël Confiant et Patrick Chamoiseau) en nous apprenant à lire et écrire dans notre langue, nous donna cette fierté d'être Martiniquais... ce sentiment d'ancrage à une tradition et une culture authentique et vraie.

Bien que la langue sous-tende le patrimoine immatériel de nombreuses communautés, il faut souvent des hommes comme lui pour qu'elle ne s'éteigne pas.

Si les poètes et les conteurs des sociétés non-occidentales, comme les griots et les dyelli africains, sont bien connus, il existe heureusement dans la caraïbe des gens comme Bernabé, ce "Gran-Grek", pour mener des combats pour la préservation des langues.

C'est un monument qui s'est éteint. .. une bibliothèque à lui seul...

Je suis triste ce soir...

Que la terre des ancêtres te soit légère ami.

Page où des hommages lui sont rendus.

lundi 10 avril 2017

QUE SE PASSE T IL A L'ABATTOIR ?


Depuis samedi le syndicat des bouchers bloque l'entrée de l'abattoir. Ce dimanche matin, une rencontre était organisée pour tenter de débloquer la situation mais n'a pu aboutir. En effet, un artisan boucher, a encore une fois de plus accuser les élus de la CTM ainsi que le directeur d'avoir inventer une panne fictive de la SEMAM en janvier 2017. 

Face à de tels propos, le Président de l'abattoir a fustigé très justement ces propos. 

Mais que réclament les artisans bouchers ?

Tout d'abord la suppression et le remboursement d'une taxe sur le traitement des déchets datant de 2005. 

Contrairement à ce qu'ils prétendent sur les média, cette taxe n'est pas nouvelle. Ce n'est qu'après 12 ans de la mise en place de cette taxe qu'ils se rendraient compte qu'elle les pénaliserait. Pendant tout ce temps ils n'ont absolument rien dit et subitement ils se réveillent !

Que disent la SEMAM ainsi que la CTM sur ce point ? 


Aujourd'hui, il a été acte que cette taxe serait suspendue en attendant de vérifier la pertinence de cette taxe. Cette taxe intervient au niveau du traitement des déchets, déchets qui viennent des bêtes abattues pour le compte des artisans bouchers.

Autre point, les bouchers réclament qu'ils soient dédommagés sur les abats perdus lors de la réouverture de la SEMAM. Sur ce point l'indemnisation est chiffrée et est en cours de traitement par la SEMAM.

Troisième point de revendication ils souhaitent également être indemnisés,pour les pertes encourus au niveau de leur activité plus globalement lors de la fermeture de la SEMAM. Ce point ne peut être traité qu'au cas par cas sur présentation de dossier. 

Si la SEMAM s'est engagée à fournir à la CTM les éléments d'analyse de cette indemnisation, les artisans bouchers doivent au moins formuler une demande adressée au Président du Conseil Exécutif. Aujourd'hui aucune demande n'est enregistrée auprès des services de la CTM, peut être sur ce point y a t il eu une incompréhension. 

Autre revendication des artisans bouchers : ils refusent qu'une coopérative ouvre une boucherie. QUE peut faire la CTM sur ce point ? 

Ce blocage de la SEMAM est pour moi incompréhensible ! Comment des acteurs de la filière viande peuvent ils eux mêmes mettre en difficulté l'outil qui leur permet de fonctionner ? 

A l'approche de la semaine Pascale, c'est vraiment mettre en péril la filière viande.

Marie-France Toul

lundi 3 avril 2017

[POINT INFO GUYANE du 3 avril 2017]


Aujourd'hui l'opération Guyane morte a très bien fonctionné tant à Cayenne qu'à St Laurent du Maroni, une marche de manifestation a eu lieu a Maripa Soula . 
Néanmoins le premier fait saillant de la journée a été la déclaration de Bernard Cazeneuve qui a rejeté net l'exigence de versement immédiat de l'enveloppe budgétaire de 2,5 milliards demandé par les collectifs qualifiant « irréaliste »cette demande, puis il a passé de la pommade à sa ministre des outre mer et à son ministre de l'intérieur qui selon lui ont fait du bon boulot avec notamment le plan d'urgence en 25 points mesures d'Ericka Bareigts, des avancées selon lui qu'il entend :
''graver dans le marbre ce qui a été négocié et acté, faute de quoi tout ce travail risque d'être perdu (…) ces avancées seront actées en conseil des ministres, ce mercredi, sous l'autorité du président de la République, François Hollande". ( ...)"Jamais un gouvernement ne s'est autant rendu disponible pour la Guyane", a ajouté Cazenuve.

Le gouvernement a communiqué avec insistance sur des accords qui auraient été trouvés dans les secteurs de la sécurité, la santé, l'éducation, le foncier, l'agriculture, la pêche, l'aide aux collectivités. Ce qui il faut le dire très clairement est de l'enfumage , de l'intox gouvernementale car aucun accord véritable n'a été signé, les collectifs, même ceux qui ont eu certaines de leurs revendications satisfaites, ne se sont pas désolidarisés car la Gwyann dékolé c'est tout le monde ensemble.

Puis Cazeneuve en a également appellé ''à la raison'' et à la levée des barrages.
Ce n'est pas une surprise que le gouvernement joue la montre, l'épuisement des forces et l'enlisement du conflit le temps de refiler le bébé au suivant gouvernement de la prochaine mandature présidentielle.

Sur place en Guyane les déclarations de Cazeneuve sont mal passées d'autant qu'il est également demandé que les collectifs justifient l'utilisation des 2,5 milliards alors que dans l'autre sens quand les ressources sont pompées à la Guyane aucun justificatif n'est donné en retour à la population guyanaise.
Gauthier Horth un entrepreneur faisant parti du collectif sur le plateaux tv de Guyane 1ère a déclaré : ''Nous demandons le déblocage d'une enveloppe de 2,5 milliards d'euros et c'est non négociable (…) Nous n'avons pas l'intention de négocier les besoins de la Guyane. Nous devons durcir le mouvement pour faire comprendre au gouvernement que ça suffit, nous ne pouvons plus mettre en stand-by les besoins de la Guyane, nous ne pouvons plus nous contenter pas de mesurettes. Ce qui sera acté en conseil des ministres est très bien, c'est une première étape, mais nous ne pouvons pas nous en contenter". 

Une réunion entre les collectifs ''Pou La Guyane Dekolé" et les élus, s'est tenue depuis le matin au siège de l'Association des Maires, avenue Pasteur à Cayenne. Dans cette réunion les collectifs devaient présenter aux élus les propositions faites par le gouvernement, parce qu'un accord de principe avait été passé entre les élus et les collectifs, ces derniers s'étaient engagés à consulter les élus après la rencontre entre les collectifs et les ministres. Les élus eux s'étaient engagé fermement à ne rencontrer ni ne parlementer avec le gouvernement dans le dos des collectifs. 

Des groupes de travail se sont formés pour poursuivre le travail amorcé depuis plusieurs jours par rapport aux proposition gouvernementales et pour expliciter dans le détails l'exigence des 2,5 milliards.

La rencontre avec les maires a un moment été particulièrement vive, le ton est monté car les collectifs ont sermonné un peu les élus en leur faisant bien comprendre que la population guyanaise est aujourd'hui DÉTERMINÉE et que les élus ne doivent pas trahir la population, il a été demandé aux élus d'accompagner les peuples de Guyane qu'il y va de leurs responsabilités .
La grande mobilisation avec la marche sur Kourou s'organise plusieurs départ en bus sont prévus un peu partout dans la Guyane, des municipalités n'ont pas hésité a mettre des bus en place de leur coté.

Une alerte a été donnée a ce propos !

A savoir que sur ordre du gouvernement les instances militaires se devaient de dépêcher manu militari en urgence deux escadrons de gendarmes mobiles de 120 unités supplémentaires (pour commencer) en Guyane pour qu'ils arrivent dans la nuit du 3 au 4 avril. La crainte est que ces bataillons usent de répression pour mater le conflit. 

Du coté de Kourou le 3 ème REI est en alerte mobilisation en prévision de la journée de demain.

Si le gouvernement opte pour le passage à la répression comme l’État français en a la longue expérience dans ses colonies cela serait une grave erreur qui au delà du sang qui pourrait couler serait lourdes de conséquences car personne n'entend se laisser faire ni piétiner en Guyane. 

La journée de demain est placée dors et déjà sous hautes tensions.

lundi 27 mars 2017

GUYANE...


Les problèmes sociaux qui la secouent, et la bourde d'un candidat à l'élection présidentielle qui l'a prétendue être une île, montrent à quel point ce fabuleux territoire français de la grande forêt amazonienne, aura été oublié depuis toujours par une métropole qui n'aura jamais mesuré la chance énorme qu'elle avait de le posséder...

Qui songe en effet depuis cette métropole, qu'il existe une surprenante frontière franco-brésilienne, matérialisée par le grand fleuve Oyapock, que franchi désormais un pont magnifique et tout neuf, mais qui a ce jour, et après déjà plusieurs années après la fin de sa construction, n'a toujours pas été inauguré ni mis en service, ce qui marque bien le désintérêt des élites métropolitaines pour ce lointain territoire...?

Comment une telle richesse avec la diversité de ses peuples, de sa forêt, de ses grands fleuves, et de sa faune, un tel potentiel d'activité pour une région qui n'a péniblement atteint la densité de 1 habitant seulement au kilomètre carré, que depuis quelques années, a-t-elle pu être abandonnée aux activités illicites d'aventuriers venus de tous cotés, et à l'empoisonnement de ses populations et de sa faune par le mercure des orpailleurs clandestins...?

Pourquoi les activités industrielles et d'ingénierie ne se sont-elles pas naturellement développées autour de l'immense base spatiale qui logiquement les appelait, pourquoi n'y a-t-il pas eu de centres de formation et d'écoles formant aux métiers de l'espace, pourquoi l'occasion ne fut-elle pas saisie d'y créer une "cité des étoiles", comme cela fut le cas en Russie...?

Pourquoi alors, en plus de tous ces manquements, le territoire fut-il abandonné dans la torpeur de redoutables problèmes sociaux dont le plus grave de tous est certainement cette véritable épidémie de suicides qui frappe les jeunes Amérindiens, désespérés par une société qui les marginalise...?

Cependant, au jour de l'élection a venir, après qu'ils auront effectué deux heures de pirogue pour se rendre au bureau de vote, une fois mis leur enveloppe dans l'urne et que cette urne à son tour, s'en ira à pirogue pour présenter la volonté de ces Amérindiens concernant celui qui devra s'installer au palais de l'Elysée, la voix de chacun d'eux aura alors exactement le même poids et la même valeur, que celle d'un fortuné des quartiers chics de Paris...

N'oublions pas la Guyane...

Richard Pulvar

dimanche 26 mars 2017

PRÉSIDENTIELLES 2017! RAPPEL d'Eric Jalton


Je rappelle à ceux qui l'ignorent ou feignent de l'ignorer que je ne suis inscrit dans aucun parti politique même si je préside une association politique progressiste et républicaine dénommée FRAPP.J'ai dit et je rappelle que mon vote de cœur serait Mélenchon puis Hamont mais que l'impérieuse nécessité d'éviter à notre République une expérience extrémiste de droite me commande de voter et d’appeler à voter pour le candidat de gauche ou plus largement progressiste ou centriste le mieux placé pour ce faire en l’occurrence MACRON .Que chaque élu militant ou sympathisant FRAPP et tout un chacun plus largement prenne librement en ces circonstances historiques ses responsabilités.

Eric JALTON Président de la FRAPP.

samedi 25 mars 2017

Grève en Guyane !



Et oui. La fusée décolle et la Guyane pas... tout est sinistré: économie, éducation nationale, sécurité, santé, équipement routiers, téléphonique nombreuses zone non couverte pourtant on envoie des satellites ici, flotte impressionnante de pêcheurs clandestins d'autres pays, agriculteurs non aidés, aides bloquées depuis 3 ans sans Raisons, un seul commissariat pour 300 000 habitants, peuples premiers sans terres et taux de suicides chez eux incroyable, une maternité qui fonctionne - un hôpital à kourou vendue 1 euro symbolique à la Croix Rouge qui est en faillite aujourd'hui, immigration massive due à un manque massif de moyens en hommes (ex: 1000 kms de frontières avec le Suriname et je parle même pas du Brésil...), pollution massive du sol par le mercure due au plus de 300 carrières clandestines, des villages amérindiens entiers empoissonnés au mercure, terres de Guyane possédées à 90% par l'Etat( donc les communes sont grandes en superficie et leur aire d'intervention et donc de développement symbolique...), chômage explosif, trafic de grande en folle expansion (inondation massive du pays, voie aérienne submergée par des mules, prison remplie de mules...), désespérance et désespoir massif.

Pourtant la Guyane est assise sur des milliards d'euros de richesse. Exemple : 600 millions d'or saisie par an repartent en hexagone : part de la Guyane : o euros. Budget annuel de la collectivité de Guyane annuel : 600 millions d'euros (en déficit d'ailleurs...chercher l'erreur), le secteur du bâtiment en crise alors que la demande de logement n'a jamais été aussi forte (prix marché immobilier élevé entretenu artificiellement : spéculation élevée, donc pouvoir d'achat très bas maintenue...), agriculteur en retard de versement d'aides de plus de 3 ans: raisons : aucune), filière bois en très très grande difficultés (paradoxe pour la Guyane ), économie en perdition car les patrons sont peu ou pas soutenus ou compris ; au passage ils soutiennent le mouvement social), pour une classe de 30 enfants plus de 100 enfants non scolarisés surtout dans l'ouest, inexistence des transports en commun (réseau existant insignifiant)-population qui se déplacent = économie guident et croissante, zones non couverte par téléphone internet (prix des opérateurs vertigineux = incompréhensible pour un réseau déjà largement amortie ...), réseau EDF inadapté faute d'investissement depuis des décennies mais factures élevés qui  au final pénalise le pouvoir d'achat.

Cette gestion de la Guyane est de tous les gouvernement depuis des décennies.

Plus de 20 collectifs (la population en est sin essence) qui par leur existence montre la faiblesse du système: le mal est profond et massif. 
À l'instant dernière infos : grève générale illimitée décrétée par l'ensemble des syndicats à partir de lundi prochain.

Refus de tous les collectifs et du Président de la collectivité de rencontrer la mission interministérielle en route vers la Guyane actuellement.

X. Maxo

mercredi 22 mars 2017

Question : La structure coloniale existe-t-elle toujours ?


Philippe Poutou : Dans ces « départements français », les revenus médians révèlent la pauvreté de la population : 880 euros à la Réunion, 1 100 euros à la Martinique... Et dans tous ces territoires, le chômage est de 36 % en moyenne, plus de 50 % pour les jeunes ! Le coût de la vie est par contre de 12 à 17 % plus élevé qu’en « métropole », parfois plus de 30 % sur des produits de première nécessité.

Les richesses, les terres, les mines, les conseils d’administration des grandes entreprises présentes (notamment dans le tourisme et le bâtiment) sont essentiellement des possessions des descendants des colons. Ainsi à la Martinique, ils possèdent les 2/3 des terres cultivables, la quasi-totalité des usines à sucre, les 9/10 des plantations de bananes, la totalité des conserveries d’ananas et le quasi-monopole du commerce d’import-export. Les coloniséEs, eux, sont ouvriers, précaires ou chômeurs.

Aux Antilles, les mouvements indépendantistes revendiquent une redistribution des terres qui permettrait de revenir sur l’accaparement des terres par les colons. En Polynésie, les populations exigent la réparation des désastres humains et écologiques produits par les explosions nucléaires.
Le système économique fonctionne pour le profit des compagnies et entreprises de la métropole, appuyés par la présence des colons. Les populations autochtones ou descendantes d’esclaves sont exploitées économiquement, discriminées. Ségrégation raciale et sociale se confondent. Celles-ci se prolongent dans la situation vécue dans l’hexagone par les populations issues des dernières colonies.

Le monopole de la « métropole » française sur les moyens de communication et les échanges commerciaux, l’isolation maintenue avec les pays limitrophes, ont développé un système liant dépendance financière et non-développement, avec l’utilisation par le colonialisme de toute une couche, essentiellement d’origine française, dépendante des emplois de la fonction publique.

Mais ce carcan n’empêche pas des luttes de résistance. Ainsi, le mouvement du LKP, la grève générale de 2009 aux Antilles, a permis de mettre clairement en avant des exigences populaires.

source

mercredi 15 février 2017

Les Debout Martinique


Hervé Deluge metteur en scène martiniquais reconnu,
a jeté son véhicule sur l'atrium.

Nous n'entendons pas ici cautionner son geste, mais expliquer le désespoir rageur qui a poussé un artiste à la violence.
Déjà mal en point, le secteur culturel martiniquais est désormais moribond.

Depuis que l'Atrium est devenu scène nationale, les spectacles de nombreux artistes locaux n'y ont plus droit de cité,
faute de rentrer dans le très stricte cahier des charges qui réglemente maintenant ce théâtre Foyalais.
Sans doute manquons nous d'un autre espace où pourraient s'épanouir nos artistes.

mais la culture n'est pas une priorité pour la CTM qui accorde quelques dérisoires subventions.

Si nous ne réagissons pas la création martiniquaise s'éteindra doucement...ou ira voir ailleurs.

Ensemble, il nous faut rappeler à nos élus que la culture est ce qui fait l'identité d'un peuple.

La culture renforce la cohésion sociale et que les projets politiques ne deviennent pérennes que s'ils s'appuient sur un groupe humain dont les valeurs communes s'incarnent dans les arts.

Ensemble, artistes ou pas, défendons notre Culture.

lundi 13 février 2017

COMMUNIQUE DE PRESSE DU CREFOM


Le CREFOM, conseil représentatif des français d’outre mer dénonce avec force les propos tenus par le syndicaliste FO SGP Police lors de l’émission consacrée aux événements dramatiques d’Aulnay sous bois.

Pour rappel, un jeune homme dénommé THEO est à ce jour hospitalisé pour de graves blessures, un policier est mis en examen pour viol, ses collègues sont mis en examen pour violence volontaire en réunion.

Selon monsieur POIGNANT du syndicat SGP Police  » le terme Bamboula reste encore à  peu prés convenable « .

De tels propos tenus publiquement et en toute impunité, par des personnes dépositaires de l’autorité publique, illustrent parfaitement les bavures que subit et dénonce au quotidien une partie de la population. Le CREFOM rappelle que l’expression « bamboula » au delà de représenter un instrument ou une danse, désigne également par extension une personne noire de peau dont la connotation péjorative n’a pas pu échapper à son locuteur.

En dépit de ses excuses, le CREFOM demande instamment au Ministre de l’intérieur, et aussi aux responsables syndicaux de prendre leurs responsabilités.

Le Président du CREFOM
Jean Michel MARTIAL

vendredi 10 février 2017

Nous sommes tous Théo


La violence déplacée dont quatre policiers ont fait usage sur un jeune homme jusque là sans histoire, provoque des troubles importants dans son quartier d'Aulnay Sous Bois, et soulève une nouvelle fois la question de l'égalité des citoyens en France.

Dans les pas de l'instruction ouverte pour violences volontaires et viol, je souhaite que justice soit rendue, clairement, et fermement, loin des interprétations et des justifications absurdes qu'il nous est donné d'entendre sur les médias.

Cette banalisation du racisme et les extrémismes en œuvre dans les sociétés occidentales doit continuer à nous interpeller, et à nous mobiliser. Pas seulement parce que nous sommes tous des Théo potentiels, mais aussi parce que nous avons le devoir de continuer à nous battre pour élever les consciences, faire enfin aboutir les luttes d'égalité de nos aînés, et offrir un monde meilleur à nos enfants.
Didier Laguerre,
Maire de la Ville de Fort-de-France

mercredi 8 février 2017

Didier Laguerre, Maire de la Ville de Fort-de-France a invité la presse à rencontrer des associations foyalaises qui ont fait appel à lui, face à ces difficultés imposées par la CTM, ce mardi 7 février, au relais de Dillon.


Contrairement à ce qui avait été déclaré en juin 2016 par le conseil exécutif de la CTM, à propos des dispositifs « Boostons l’emploi » et Contrat d’avenir », mis en place par l’ex région et les services de l’Etat, en 2015, les associations ne perçoivent toujours pas les sommes nécessaires pour payer leurs salariés tous les mois depuis plus d’un an ; Elles sont obligées d’arrêter les contrats des personnes en insertion faute de réponse et de paiement par la CTM et se retrouvent pour la majorité en défaut de paiement des charges sociales qui devaient leur être remboursées par la collectivité.

La plénière de la CTM du jeudi 19 mai 2016 avait soi-disant révisé profondément ce dispositif pour en améliorer les dysfonctionnements, cependant, nombreuses sont les associations qui sont au bord du gouffre et qui menacent de fermer, car au lieu de verser ces sommes tous les mois par l’intermédiaire de l’ASP, comme c’était prévu à l’origine, cette délibération indique que ces sommes sont versées tous les 6 mois. Cette nouvelle modalité ne permet pas aux associations d’honorer les salaires depuis aout 2016, date du dernier versement.

Certaines associations foyalaises, faute d’avoir une réponse des services de la CTM, et/ou de l’élu en charge de ces questions ont fait appel au maire de Fort de France, afin d’intercéder en leur faveur pour que les salariés puissent bénéficier de leur salaire mensuel, dans les meilleurs délais et pour dénoncer de nouvelles pratiques des agents de cette direction à la CTM qui consistent à exclure des priorités de paiement des associations foyalaises.

lundi 6 février 2017

agenda africain, Ile de France, de fevrier 2017


Dans le cadre de la 12ème Semaine anticoloniale, les associations et mouvements anticolonialistes appellent à manifester le dimanche 19 mars 2017 place de la Nation à 14h contre l'ordre colonial : comme par exemple - le néocolonialisme et la Françafrique, les dictatures soutenues par la France, la corruption et les biens mal acquis, - Pour la souveraineté des peuple l’accaparement des terres, le pillage des ressources naturelles, la dette financière et écologique - la guerre et les interventions militaires en Afrique et au Moyen - Orient, les exportations d’armes et pour le démantèlement des bases militaires françaises à l’étranger - la Reconnaissance des crimes colonialistes par la France - Le collectif des organisateurs (une trentaine à ce jour) souhaitent partager leurs revendication avec toutes les organisations qui s'y reconnaissent, africaines en particulier - merci pour cela de consulter l'ensemble des revendications puis si intéressé de prendre contact avec "Patrick Farbiaz"



Anniversaire, commémoration, journées mondiales …

le 3 février : jour des Héros mozambicains

le 3 février : anniversaire de la disparition de l'opposant Ibni Oumar Mahamat saleh au Tchad : le 3 février 2008, enlevé à son domicile de N’Djamena par des soldats de la garde présidentielle, disparaissait le mathématicien Ibni Oumar Mahamat Saleh, porte-parole de l’opposition tchadienne. contact@tchadpages.com

le 4 février : Premier décret de l'abolition de l'esclavage en France (1794)

le 6 février : Journée mondiale contre les mutilations génitales

le 7 février : Fête de l'indépendance de Grenade (1974)

le 8 février à 11h30 : 54ème anniversaire de la répression sauvage du 8 février 1962 lors de la manifestation contre l’OAS et la guerre d’Algérie. Hommage aux neuf victimes - Métro Charonne 11h30 : dépôt de gerbe auprès des plaques dans le métro . Cimetière du Père Lachaise 13h : dépôt de gerbe.9 travailleurs syndiqués de la CGT dont 8 étaient membres du Parti Communiste Français ont été assassinés sur l’ordre de Maurice Papon, alors Préfet de police de Paris et de Roger Frey, Ministre de l’Intérieur du Gouvernement de l’époque. http://paris.pcf.fr/sites/default/files/charonne160127.pdf

le 11 février 1975 : Assassinat du Colonel de Gendarmerie Richard Ratsimandrava : Ainsi disparut celui qui tenta pour la première fois à Madagascar, d'instaurer un pouvoir d'Etat à assise populaire à travers les Fokonolona - les communautés de base au niveau des villages et des quartiers des villes. On n'a jamais officiellement trouvé les commanditaires de cet assassinat. - Rens : Julien Rakotoarimanana / Dadazily : jlnrakoto@gmail.com

le 12 février : Journée mondiale des enfants soldats

le 16 février : Journée mondiale contre les crimes en R.D.Congo

le 18 février : Fête de l'indépendance de la Gambie

le 20 février : Journée mondiale de la justice sociale

le 20 février : journée de la résistance non violente

le 21 février : journée internationale de la langue maternelle

le 21 février 1965, Malcolm X s’apprêtait à prononcer un discours à New York contre l’oppression et le racisme. Il n’en aura pas le temps : il est abattu. Pour l’élite, ce fut un soulagement. Mais, un demi-siècle après sa mort, le leader afro-américain continue d’inspirer des gens dans le monde entier.

le 22 février : Fête de l'indépendance de Sainte-Lucie (1979)

le 23 février : Fête Nationale de la Guyane

le 27 février : Fête de l'indépendance de la République Dominicaine (1844)


Actions situées dans l'Oise (60)

samedi 11 février à 15h : Contes « Kwaku Ananse l homme araignée » Les histoires voyagent grâce aux bouches à oreilles. En Jamaique, on raconte les histoires de Anancy the spiderman, des histoires sages et folles, drôles et grinçantes. Ces histoires viennent de la mémoire des africains du Ghana capturés et déportés en Jamaique lors de l’esclavage. De leurs souvenirs sont venues les histoires de Kwaku Ananse l homme araignée. Imaginez un homme avec 4 jambes et 4 bras qui aime jouer des tours aux autres, mais comme le dit le proverbe : tel est pris qui croyait prendre.... Un jour Ananse devait aider sa femme à ramasser des petits pois..... - Lieu : Médiathèque Maurice Shuman, 1 rue Denis Diderot, Nogent sur Oise (60) - Rens. : 03 44 66 60 44 carolinecastelli@orange.fr http://carolinecastelli.monsite-orange.fr

samedi 11 février à 15h : Conte « Kwaku Ananse l homme araignée » avec Caroline Castelli : Les histoires voyagent grâce aux bouches à oreilles. En Jamaique, on raconte les histoires de Anancy the spiderman, des histoires sages et folles, drôles et grinçantes. Ces histoires viennent de la mémoire des africains du Ghana capturés et déportés en Jamaique lors de l’esclavage. De leurs souvenirs sont venues les histoires de Kwaku Ananse l homme araignée. Imaginez un homme avec 4 jambes et 4 bras qui aime jouer des tours aux autres, mais comme le dit le proverbe : tel est pris qui croyait prendre.... Un jour Ananse devait aider sa femme à ramasser des petits pois..... - Lieu : Médiathèque Maurice Shuman, 1 rue Denis Diderot, Nogent sur oise (60) - Rens : 03 44 66 60 44 ou Caroline Castelli : 06 81 83 90 55 carolinecastelli@orange.fr https://www.facebook.com/pages/Caroline-Castelli-conteuse/208522355838402?ref=ts



Actions situées à Paris (75)

jusqu'au 17 juin 2017 de 11h à 19h (sauf mardi et jeudi) : Exposition Chefs-d'œuvre d'Afrique dans les collections du musée Dapper - Des pièces majeures sélectionnées uniquement à partir du fonds Dapper et qui sont présentées ensemble pour la première fois et qui puisent leurs significations dans les cultures de l'Afrique centrale ou dans celles de l'Afrique de l'Ouest. La collection du musée se caractérise par la diversité des provenances géographiques et par l'ancienneté. L'exposition, qui comprend quelque 130 pièces, présente des œuvres majeures. Certaines sont uniques et n'ont aucun équivalent dans le monde, telles des sculptures du Gabon ( Fang, Kota, Punu...) du Cameroun (Bangwa), du Bénin (Fon), ou encore du Mali (Dogon, Soninke) - Lieu : Musé Dapper, 35 bis, rue Paul Valéry, Paris 16è, M° Victor Hugo - Rens. et réservations : 01 45 00 91 75, communication@dapper.com.fr reservation@dapper.fr www.dapper.com.fr

jusqu'au dimanche 2 avril mardi, mercredi, dimanche de 11h à 19h et jeudi, vendredi, samedi de 11h à 21h : Exposition "Du Jourdain au Congo" Art et christianisme en Afrique Centrale - Christ féminins, figures de saints aux traits africains, colliers à croix... La rencontre des peuples kongo d'Afrique centrale avec la religion chrétienne et l'art a donné lieu, dès le XVème siècle, à une production inédite d'objets. Cinq siècles de métissage artistique et d’échanges sous haute influence. 1482 : le navigateur portugais Diego Cão découvre l'embouchure du fleuve Congo et entre en contact avec le vaste royaume du Kongo. Un territoire qui regroupe les actuels Gabon, Angola, République démocratique du Congo et Congo. L'évangélisation de l'une des plus puissantes monarchies du continent est rapidement mise en place : les conversions des élites de cet empire colonial signent les débuts de cinq siècles de christianisation. L'exposition présente une centaine d'œuvres d’inspiration chrétienne (crucifix, sculptures, pendentifs, gravures et dessins) issues de collections privées et publiques européennes. Introduits par les missionnaires catholiques, ces objets, souvent surprenants pour nos regards occidentaux, témoignent des relations de pouvoir et d’influence entre la période coloniale et le 20e siècle, et de l’interpénétration culturelle à l’œuvre. Car si l'influence de l'iconographie chrétienne sur l'art et la culture kongo est indéniable, c’est sa réinterprétation par les artistes locaux et, par extension, la transformation des pratiques catholiques en un syncrétisme religieux, qui en font l’un des symboles d'émancipation face à la domination européenne. - Tarif : 10€, 7€ - Lieu : - Lieu : Mezzanine Est du musée du quai Branly, 37 Quai Branly, Paris 7è, M° Alma Marceau - Rens. 01 56 61 70 00 publics@info.quaibranly.fr www.quaibranly.fr ou Lucie Aerts 01 56 61 53 50 relais@quaibranly.fr



jusqu'au 21 février du mardi au samedi de 10h30 à 20h30 : Soldes chez Africouleur : La boutique africaine à Paris de la styliste Férouz Allali vous propose ses collections très personnelles de mode africaine métissée, ainsi que ses créations de bijoux africains. Vous y trouverez un large éventail de tissus africains ethniques traditionnels ou teintés à la main, et d’objets de décoration africaine. Les modèles d’Africouleur sont un appel au voyage, un subtil métissage entre traditions africaines et occidentales. Ce site présente les créations de Férouz et partage son admiration pour l’art et l’artisanat africain en Afrique de l’Ouest. - lieu : Africouleur, 108 Rue Saint-Maur, Paris 11è - Rens. 01 56 98 15 36 ferouz@africouleur.com www.africouleur.com

tous les mercredis de 20h45 à 22h15, jusqu'à la fin du mois de Juin : Cours de danse pour débutant avec Heini Keipinen et avancé avec le maestro Pape Moussa Sonko, qui arrive directement du Sénégal - Une nouvelle chorégraphie est apprise, expliquée et décomposée tous les 2 cours, pour en comprendre le rythme, son histoire, et la façon de danser qui va avec, tout ceci avec l'ambiance qu'il faut !! - Tarif à demander - Lieu : Centre Momboye, 25 rue Boyer, Paris 20è, M° Ménilmontant ou Gambetta - Rens. Mélanie Chapelle - Présidente de l'association Niokobikk 06.22.58.11.83 niokobokkasso@gmail.com https://www.facebook.com/events/1735362040057534/

mardi 31 janvier de 9h à 17h30 : 13è Journée Nationale des Associations, Fondations et Fonds de Dotation organisé par la Compagnie nationale des commissaires aux comptes - L’après-midi sera consacrée aux « groupements associatifs et les nouveaux enjeux » avec deux tables rondes sur : la gestion de patrimoine : rationalisation et transparence financière. Cette table ronde sera précédée d’un atelier sur les structures immobilières, les baux, les mises à disposition et les commodats ; la certification et la labellisation des groupes associatifs. Tarif : de 25€HT pour les associations à 400€HT pour les Commissaires au Comptes - Lieu : Maison de la Chimie, 28 rue Saint Dominique, Paris 7è - Rens. Et Inscrption 01 53 85 82 54 journeeassoc@mci-group.com Forum-des-Associations@partenaires.forumdesassociations.com https://www.cncc.fr/actualite.html?news=jnaffd-2017

du mardi 31 janvier au dimanche 12 novembre, mardi, mercredi, dimanche de 11h à 19h et jeudi, vendredi, samedi de 11h à 21h : Exposition L’Afrique des routes - Berceau de l’humanité, pourvoyeur de force de travail, d’or et de matières premières depuis des millénaires pour les autres continents, l’Afrique a une histoire inscrite dans la dynamique internationale. Panorama d’un continent au carrefour des mondes, à contre-courant des idées reçues. L’Afrique, un continent sans Histoire ? Si les a priori ont la vie dure, les faits, eux, sont indéniables : les Africains n’ont jamais vécu dans l’isolement. Longtemps ignorés, les échanges panafricains et extra-africains ont pourtant débuté voici des millénaires, bien avant les indépendances, la colonisation et l’arrivée des premiers navires portugais au milieu du XVème siècle. En témoignent les sculptures, pièces d’orfèvrerie ou d’ivoire, peintures et autres objets présentés dans l’exposition L’Afrique des routes. Du cinquième millénaire avant notre ère à nos jours, celle-ci évoque ainsi les routes, fluviales, terrestres ou maritimes qui ont contribué à la circulation et aux contacts des hommes, des matériaux et des œuvres. Des chars gravés de l’Oued Djerat du Sahara aux porcelaines chinoises de Madagascar, des cultes et rituels candomblé d’Amérique du sud aux œuvres contemporaines métissées du Nigérian Yinka Shonibare, c’est le portrait d’un continent au cœur de l’histoire globale qui est ici dressé. - Tarif : 10€, 7€ - Lieu : - Lieu : Mezzanine Ouest du musée du quai Branly, 37 Quai Branly, Paris 7è, M° Alma Marceau - Rens. 01 56 61 70 00 publics@info.quaibranly.fr www.quaibranly.fr ou Lucie Aerts 01 56 61 53 50 relais@quaibranly.fr



du 31 janvier au 23 mars, mardi au dimanche de 14h30 à 18h30 et sur R-V. Exposition « Le voyage de la Reine de Saba à Jérusalem, … à la rencontre du roi Salomon ». La reine du midi nommée Bilkis (ou Balkis) au Yémen, ou Makeda, la reine noire... d'Abyssinie envoûte le monde depuis de nombreux siècles en commençant par les écrits saints, la Bible ou le Coran. Elle est présente dans de nombreux pays sur les frontons des cathédrales, dans les fresques, les tableaux monumentaux, les sculptures et aussi dans des opéras, livres, romans et films,... Quelle est l'origine de cette légende devenue histoire qui rend hommage à cette femme mythique, fondatrice de la dynastie salomonienne en donnant naissance à son fils Ménélik Ier, et qui se termina par Hailé Sélassié en 1975. Quel est le pays de Saba (Yémen - Ethiopie) qui régna au sud de la mer Rouge depuis 3000 ans ? - Plus de 200 documents, maquettes, rouleaux magiques éthiopiens, objets archéologiques, livres, parchemins, incunables, gravures, étoffes, etc... Ethiopie - Yémen, Mer Rouge, Israël, Monde Arabe... Aquarelles et gravures de Mardrus, Bourdel, Edmund Dulac ; textes d’André Malraux, Gérard de Nerval, Anatole France,… Tarif : 4 à 5€ Conférencier et groupe sur R-V (conseillé). - Lieu : Espace Reine de Saba, 30 rue Pradier, Paris 19è, M° Pyrénées, Buttes-Chaumont ; Bus 26. - Rens. : 01 43 57 93 92 reinedesaba2@orange.fr www.espacereinedesaba.org

mercredi 1er février de 10h à 13h et tous les mercredi jusqu'au 7 juin: La pratique rituelle : configurations classiques et contemporaines - Le cours portera d’abord sur différentes façons d’analyser les pratiques cérémonielles. Dans un second temps, on explorera l’intérêt et les limites de cette boite à outils face à des matériaux ethnographiques issus de recherches en cours. Séminaire de Michael Houseman, directeur d’études à l’EPHE / IMAF - Lieu : EPHE, salle 124, bât. Le France, 190-198 av de France, Paris 13è - Rens. jmichaelhouseman(at)gmail.com http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article1544

mercredi 1er février de 15h à 17h et tous les 1er, 3e et 5e mercredis du mois : Frères comment ? Les migrations des visa vers l’étranger au prisme de liens de germanité : réflexions à partir d’un corpus généalogique avec Pietro Fornasetti, dans le cadre séminaire consacré à l’anthropologie comparative des sociétés du Sahel occidental musulman (Sénégal, Mauritanie, Mali, Niger...) et de leurs diasporas, régionales et internationales. - Lieu : IMAF / Site Raspail, salle de réunion, 2e étage, 96 bd Raspail, Paris 6è - Rens. : ismael.moya(at)cnrs.fr, schmitz(at)ehess.fr, abdoucheikh222(at)gmail.com, pietro.fornasetti(at)ehess.fr, liadragani(at)yahoo.it http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article1513

mercredi 1 février à 19h : Déclaration sur les migrants "Frères Migrants, qui le monde vivez" avec Patrick Chamet Isabelle Fruleux - Une soirée "Itinerrance" proposée par l'Institut du Tout-Monde, avec la participation du Collectif PEROU et du Collectif pour une Politique de la Relation (Bruno Guichard) - Lieu : Maison de la poésie - Paris, avec l'Institut du Tout-monde, Impasse Molière, 157 rue Saint Martin, Paris 3è - Rens. patrick.chamoiseau@gmail.com

du jeudi 2 au mercredi 22 février tous les jours 11h à 19h, dimanches de 14h à 19h : Exposition TEMPO : Trônes et masques en armes de Gonçalo Mabunda, Mozambique (Africa Remix & Biennale de Venise 2015); Sculpture en cuir de Do Mesrine, Togo/France; Terres cuites de, Awa Seyni Camara, Casamance; Bronzes, série En-Corps de Y. Touré, Burkina Faso; Masques en pierre de Jérôme Festy; Peintures de Camara Gueye, Sénégal & Wole Lagunju, Nigeria/USA et Œuvres sur papier de Julien Sinzogan, Bénin - Vernissage Jeudi 2 février à partir de 18h, Performance de Edilson Roque Dimanche 19 février à 15h - Lieu : Cloître des Billettes, 24 rue des Archives, Paris 4è, M. Hôtel de Ville - Bus 75 - Rens. : 06 60 24 06 26 audeminart@hotmail.com www.lagalerieafricaine.com, www.africanmodernart.com


vendredi 3 février de 8h30 à 18:30 : Forum Afrique 2017 : Thème 2017 : « African Touch : de la rente à la création de valeur, les nouvelles opportunités africaines » Le Forum Afrique est organisé par le MOCI et le CIAN en partenariat avec la CCI Paris Ile-de-France dans le prolongement de la publication du Rapport CIAN 2017. Constitué d’un dossier sur une problématique de fond, du baromètre du CIAN sur le climat des affaires en Afrique et de 40 fiches pays, ce rapport Afrique du CIAN est une publication de référence pour les acteurs investis en Afrique. C’est un des guides les plus diffusés du MOCI : 45 000 exemplaires annuels diffusés en français et en anglais, en France, en Afrique et en Europe. Notre objectif est de fournir des outils pratiques et d’animer la communauté des dirigeants et cadres investisseurs en Afrique. - Lieu : CCI Paris Ile de France, 27 av de Friedland, Paris 8è - Rens et inscription 01 49 70 12 05 francois.jalbert@laviedurail.com ou 01 49 70 12 73 saskia.paulmier@lemoci.comhttp://www.lemoci.com/evenement/forum-afrique-2017/presentation/#sthash.wSblPiEs.dpuf

vendredi 3 février de 8h30 à 12h45 : Colloque Maroc organisé par Business France : De réelles opportunités d’affaires sont à saisir au Maroc pour les entreprises françaises qui peuvent bénéficier d’un environnement favorable dans de nombreux secteur ! - Lieu : : le Senat, Palais du Luxembourg, 77 Boulevard Saint Jacques à Paris 14è - Rens et Inscription 01 40 73 34 78, Evenements.speciaux@businessfrance.fr michael.ehrlich@businessfrance.fr http://www.businessfrance.fr

du vendredi 3 au 24 février du lundi au vendredi, de 9h à 17h : Exposition "Un Air d’Algérie", Exposition de Karim KHALED - Né à Alger en 1976, Karim Khaled est artiste-peintre et dessinateur urbain. Il vit et travaille en région parisienne. Enfant, il participe à une émission de TV algérienne pour jeune talent, et en 1990, il reçoit le 1er prix d’un concours inter-Maghreb. Après un bref passage à l'École des Beaux Arts de Paris, cet artiste autodidacte développe une passion pour le dessin et la création picturale en associant dessin-peinture et accessoires divers et variés. Vernissage vendredi 3 février à 18h30 - Lieu : Centre Culturel Algérien, 171 rue de la Croix Nivert, Paris 15è, M° Ligne 8, station Boucicaut - Rens. 01 45 54 95 31 contact@cca-paris.com http://www.cca-paris.com/



vendredi 3 février de 13h30 à 18h30 : Séminaire intitulé "Aux frontières de la vulnérabilité" organisé par l'Anafé : Issue du droit européen, la notion de vulnérabilité a été transposée en droit français à l’occasion de la réforme « asile » de juillet 2015. Avec quels enjeux, quelles limites et quelles conséquences ? Pour aborder ces questions et appréhender la mise en œuvre de ce concept aux frontières, concept que l’on peut étendre à d’autres catégories de personnes que les demandeurs d’asile, l’Anafé organise le 3 février un séminaire de travail. Des universitaires, des juristes, des représentant.e.s des pouvoirs publics et d’institutions, mais aussi des associatifs seront présent.e.s pour confronter leurs analyses, réflexions et informations. A partir d’éléments à la fois théoriques et juridiques mais aussi d’expériences concrètes en milieu privatif de liberté, dans le domaine de la santé, de l’asile et des enfants, il s’agira également d’appréhender les spécificités et besoins des personnes privées de liberté en zone d’attente et de dégager des perspectives d’actions. - Lieu : Espace Belleville – CFDT, 4 Boulevard de la Villette, Paris 19è, M° Belleville (Ligne 2 ou 11) - Rens et Inscription : 01 43 67 27 52 laure.blondel@anafe.org inscriptions@anafe.org www.anafe.org

vendredi 3 février de 14h à 17h : Mises en scène et usages des archives en littérature. Autour de la Chimurenga (Zimbabwe) avec Elara Bertho, THALIM-Paris 3-Sorbonne Nouvelle, (elara.bertho@gmail.com) - Puis - L’archive aux mains des écrivains : l’exemple du malgache Raharimanana et l’insurrection de 1947 avec Dominique Ranaivoson , maître de conférences HDR, Université de Lorraine (ranaivoson-hecht@wanado.fr) : dans le cadre du Séminaire Histoire sociale de l’Afrique Orientale, de la Mer Rouge et de l’Océan indien, XIXe-XXe siècles - Lieu : Site Raspail, 96 bd Raspail, Paris 6è salle de réunion, IMAF, 2e étage - Rens. elenavezz(at)gmail.com, silviabruzzi(at)yahoo.it, hv.medard(at)wanadoo.fr, violaine.tisseau(at)gmail.com http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article1526 ou http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article1814



vendredi 3 février de 15h à 19h et tous les 1er vendredi du mois jusqu'au 2 juin : Savoirs, institutions, économies. Histoires connectées et dynamiques globales. - Lieu : EHESS, 96 bd Raspail, salle M. & D. Lombard, Paris 6è - Rens : 01 53 63 56 50 eldubois@ehess.fr alessandro.stanziani(at)ehess.fr http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article1548

samedi 4 février de 10h à 18h : Journée d'étude : 223e anniversaire de la première abolition de l'esclavage : Le 4 février 1794 fut proclamé le premier décret de l’abolition de l’esclavage en France. Le Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage célèbre cet événement historique à travers une journée d’étude consacrée aux liens entre abolitions et citoyenneté mais aussi à ses premières représentations. On pourra compter parmi les intervenants, Éric Saunier, Bruno Gainot, maîtres de conférence en histoire, Syliane Larcher, chercheuse au CNRS ou encore Anne Lafont, maître de conférence en histoire de l’art. - Lieu : Salle Félix Éboué du Ministère des Outre-mer, 27, Rue Oudinot, Paris7è - Rens. 01 53 69 20 00 contact@achac.com www.outre-mer.gouv.fr - Inscription obligatoire sec-cnmhe@outre-mer.gouv.fr

samedi 4 février de 14h à 18h : après-midi de sensibilisation grand public, avec pour thème L’excision en Egypte aujourd’hui. Avec une Conférence débat animé par la Féministe franco-égyptienne Sérénade CHAFIK. Une lecture de textes mis en espace et en musique, avec le Flûtiste burkinabé, Adama OUEDRAOGO. Un concert du Chanteur BLACK GERARDO. Et une exposition avec des œuvres originales de Jacqueline D. BECHAUD, autour de la thématique des violences faites aux femmes. - Lieu : Mairie du 20ème arrondissement (Salle des Fêtes), 6 place Gambetta, Paris 20è - Rens. 06 70 83 31 73, 01 40 92 01 02 contact@federationgams.org http://federationgams.org/

samedi 4 février de14h à 18h : Journée festive de mobilisation à l’occasion de la journée internationale de tolérance zéro à l’égard des mutilations sexuelles féminines : organisé par la Mairie du XIXeme et plusieurs associations, dont Excision, parlons-en ! - lieu : Centre Paris Anim’ Curial 16 rue Colette Magny. - Rens. contact@excisionparlonsen.org

samedi 4 février de 14h à 18h : Excision, parlons-en ! organise avec la Mairie du XIXème et l'Espace 19 un événement dans le cadre de la journée internationale de tolérance zéro à l’égard des mutilations sexuelles féminines - Lieu : Centre Paris Anim’Curial, 16 rue Colette Magny, - Rens. contact@excisionparlonsen.org



dimanche 5 février de 10h à 17h : journée visite, découverte, témoignages et débats autour « Tissus et Perles d’Afrique : des traditions à la modernité… dans le cadre de l’exposition « L’Afrique des routes » organisé au Musée du quai Branly par le Réseau FECODEV sur ce qui interroge des personnes notamment celles de la diaspora africaine, sur leur histoire personnelle, sur ce qui guide leur choix sur le port des tissus et des perles au cours des étapes de leur vie, depuis leurs pays d’origine…. - programme : Visite de l’exposition « l’Afrique des routes » en compagnie de deux conférenciers - 12h15-13h15 : Témoignages, échanges et discussions au salon de lecture avec les conférenciers autour de la visite de l’exposition et des tissus et perles d’Afrique - 13h30 : Déjeuner - partagé avec des plats de divers pays africains, confectionnés par des Femmes de FECODEV. Echanges entre participants - 15h : Visite libre du musée du quai Branly -Programme convivial avec les membres de FECODEV et partenaires - Entrée gratuite su inscription - Lieu : Rendez-vous à 10h au niveau 218, rue de l’Université, Paris 7è, M° Alma Marceau - Rens. Inscription Brice MONNOU : 06 18 00 78 66 fecodev@gmail.com contact@fecodev.org - Rens. www.quaibranly.fr

dimanche 5 février à 15h : Spectacle "C'est le chameau qui me l'a dit" À partir de 6 ans Connaissez-vous Diabou Ndaw, la fille qui mange de petites noix appelées ndioule, connaissez-vous Maymado, le crocodile qui terrorise les villageois, ou Gaindé, le lion qui divise pour mieux régner ? Mamadou Sall, alias le Piroguier du désert, vous les présentera et vous racontera leurs histoires étonnantes. Conteur mauritanien, Mamadou Sall transporte le public dans les histoires de son enfance et de son pays, du désert au fleuve, du fleuve à l'océan et de l'océan à la savane ! . Ses contes sont magnifiquement ponctués par des chants, des mélodies jouées à la sanza et par les rythmes d'une percussion, le cajón. Le spectacle sera suivi d'une séance de dédicaces avec le conteur, auteur de nombreux ouvrages. - Tarif 5 à 7€ - Lieu : Musé Dapper, 35 bis, rue Paul Valéry, Paris 16è, M° Victor Hugo - Rens. et réservations : 01 45 00 91 75, communication@dapper.com.fr reservation@dapper.fr www.dapper.com.fr

lundi 6 février de 8h30 à 13h30 : Atelier-Débat autour de l'AFD - Focus Afrique subsaharienne. Rendez-vous annuel avec les directeurs des agences présents en Afrique subsaharienne . L’Agence Française de Développement, institution financière publique avec son réseau international de 72 agences et représentations finance de nombreux projets dans nombreux secteurs en particulier en Afrique sub-saharienne : agriculture, aménagement urbain, biodiversité, climat, l’eau, éducation, énergie, santé, etc - Organisateur : Service organisations internationales et bailleurs de fonds. - Lieu : : le Senat, Palais du Luxembourg, 77 Boulevard Saint Jacques à Paris 14è - Rens et Inscription 01 40 73 38 14, evenements.speciaux@businessfrance.fr http://www.businessfrance.fr http://export.businessfrance.fr/programme-france/001PRG-24626+atelier-debat-autour-de-l-afd-focus-afrique-subsaharienne.html



lundi 6 février de 11h à 13h et tous les lundi jusqu'au 19 juin : Anthropologie historique des pratiques religieuses dans l’Islam méditerranéen : Réflexion critique (collective) sur les fondements du système religieux islamique pour des recherches approfondies en sciences sociales et humaines qui ont en commun de concerner des aires culturelles ou des périodes historiques où l’islam, comme système religieux, mais aussi l’Islam, comme type de civilisation ou de culture, ont eu un rôle prépondérant dans l’organisation de la société (religion, représentations, références symboliques ou idéologiques). Séminaire de Hassan Elboudrari, maître de conférence à l’EHESS. - Lieu : IISMM, salle de réunion, 1er étage, 96 boulevard Raspail, Paris 6è - Rens : 01 53 63 56 50 helboudrari(at)wanadoo.fr http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article1528

lundi 6 février de 17h à 19h : Mettre fin aux mutilations sexuelles féminines : le défi commun du Nord et du Sud - A l’occasion de la Journée internationale de tolérance zéro à l’égard des mutilations sexuelles féminines, des spécialistes venu-e-s d’horizon divers rappelleront, autour d’une conférence-débat ID4D organisée avec et à l’Agence Française de Développement (AFD), ce qu’est la réalité de l’excision et débattront des questions de formation, de prévention, de protection et de prise en charge, pour aller vers l’abandon de l’excision partout dans le monde. Destinée à une multitude de professionnel-le-s confronté-e-s dans leur activité quotidienne à la problématique de l’excision (enseignants, médecins, juristes, avocats, etc.), la formation gratuite leur permettra de mieux agir face au risque et aux conséquences de l’excision. A l’issu de la conférence, les participants pourront découvrir dans la rue intérieure de l’AFD, l’exposition d’Excision, parlons-en ! «Fuir l’excision : parcours de femmes réfugiées». Un cocktail sera offert à cette occasion. - Lieu : 51, avenue Gambetta, Paris 20è - Rens. contact@excisionparlonsen.org

mardi 7 février à 19h : Projections de « mon Algérie », un film documentaire de Raymond Mourlon et Yves Charoy" suivi d'un débat en présence de l'historien Alain Ruscio : Parcours d’un Homme ordinaire pendant la guerre d’Algérie 1954/1962. Raymond HANNON part en Algérie à 16 ans chercher du travail. Il arrive à Alger en 1948. Il trouve du travail comme aide comptable chez Lesieur. Militant communiste avant ce voyage, il adhère tout naturellement au Parti Communiste Algérien (PCA). Dans ce film, aymond Hannon parle des rapports entre Européens et Algériens au quotidien. Il évoque également la situation coloniale, le racisme et les élections truquées organisées par la haute administration. - Lieu : Centre Culturel Algérien, 171 rue de la Croix Nivert, Paris 15è, M° Ligne 8, station Boucicaut - Rens. 01 45 54 95 31 contact@cca-paris.com http://www.cca-paris.com/



mardi 7 février à 19h : Projection en avant-première au Forum des Images du film LES SAUTEURS de Moritz Siebert, Estephan Wagner en coréalisation avec Abou Bakar Sidibé, 82 minutes - HD - 5.1 - Couleur - Danemark - 2016 Version originale : Français / Mambara - sous-titrée française- La tentative d'immigration, vécu et filmé du point de vue de l'immigrant clandesdin. Suivie d'une rencontre avec le réalisateur Moritz Siebert, Le réalisateur ser présent à Paris pour des entretien mardi 7 février après-midi et mercredi 8 février matin - Sortie du film : (5 au 12) avril 2017 - A la frontière marocaine un millier de migrants africains contemplent la barrière qui les sépare de « l’Eldorado ». Abou est l’un d’entre eux- le filmeur et le filmé. Armé de sa petite caméra il témoigne de sa vie quotidienne et de ses nombreuses tentatives pour sauter la fameuse barrière. A chaque tentative ratée, après avoir affronté les barbelés, les sprays automatiques au poivre et les autorités agressives, chacun retourne au Mont Gururu, récupérer de la nourriture dans les villages voisins. Chacun de ces hommes tentent de maintenir un semblant de communauté et d’entraide, dans l’espoir de survivre ensemble à ce drama quotidien et de garder confiance aussi bien eux qu’en leur destin. A travers le prisme de la caméra, Abou trouve progressivement un sens à son périple : « Lors du tournage, je sens que j’existe ». Après seize mois reclus sur le Mont Gururu, retourner au Mali n’est pas plus une option et sa détermination pour rejoindre l’Europe se fait de plus en plus pressante. Certains abandonnent et rentrent chez eux, d’autres ne reviennent jamais de la clôture. - lieu : Forum des Halles, 2 rue du cinéma, Paris 1er, M° Les Halles, M° Châtelet, RER Châtelet-Les Halles - Relations presse : François Vila 06 08 78 68 10 francoisvila@gmail.com - Rens. : 01 44 76 63 00



mardi 7 février à 20h : Projection de Nickel, le trésor des Kanaks (2013) de Laurent Cibien et Anne Pitoiset : Aujourd’hui, patiemment, les Kanak luttent toujours pour leur indépendance. Mais l’heure n’est plus à la violence. L’arme qu’ils utilisent pour parvenir à leur fin est bien plus puissante : le nickel (le quart des ressources mondiales). Pour financer leur futur Etat, les Kanak ouvrent des mines, construisent des usines au bord de la somptueuse baie de Vavouto. Ils jouent leur destin sur le marché des matières premières. Le pari est audacieux, mais dangereux. Pour y parvenir, les Kanak se sont associés à une multinationale, ils ont accepté de scarifier leurs montagnes et de vivre au rythme de l'usine et des contrats millionnaires. Ces bouleversements annoncent la naissance d'un nouveau peuple appelé à se remettre en question pour concilier sa culture, viscéralement liée à la terre des ancêtres, et les exigences d'un monde moderne vorace. Ce peuple d’à peine 100 000 personnes parviendra-t-il à se faire une place dans l’économie mondiale ? Résistera-t-il à la voracité des multinationales ? Ne risque-il pas d’y perdre son âme ? De passer d’une dépendance politique à une dépendance économique ? Débat à l'issue de la séance, dans le cadre des mardis de l'AFASPA - PAF 5€ - Lieu : cinéma La Clef 34 rue Daubenton à Paris, M°Censier Daubenton - Rens. michele.decaster@wanadoo.fr

mercredi 8 février de 11h à 13h : Du tiers-mondisme au népotisme. Parcours dans l’Afrique du mi-temps des années soixante : perceptions et impressions avec Pierre Bouvier, professeur émérite, Paris I/IIAC LAIOS - Dans le cadre du Séminaire Savoirs ethnographiques et ethnographie des savoirs en Afrique - Lieu : EHESS,105 bd Raspail, salle 11, Paris 6è - Rens. franck.beuvier(at)yahoo.fr, afrinauta(at)gmail.com http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article1547

mercredi 8 février à 18h30 : Pascal Blanchard, historien, questionnera le blocage muséal français avec une conférence-performance, Pourquoi la France est incapable d’avoir un musée de la colonisation ?. La conférence sera suivie d’une présentation en avant-première de la nouvelle exposition du Groupe de recherche Achac, Images & Colonies en France. Une grande soirée à suivre en direct sur notre compte twitter. - Lieu : Théâtre du Rond-Point, Théâtre du Rond Point, 2 bis, Avenue Franklin d Roosevelt, Paris 8è - Rens. 01 44 95 98 44 contact@achac.com www.theatredurondpoint.fr

jeudi 9 février de 10h à 13h et tous les 2e jeudi du mois: Dynamiques du genre en Afrique : Il s’agira de saisir les modalités selon lesquelles les sociétés africaines, les Africain-e-s en migration ou les Européen-ne-s en contexte africain définissent les identités et les assignations de genre, et organisent les rapports sociaux de sexes. Si l’un des postulats est que toute relation sociale est genrée, on s’attachera cependant à souligner la fluidité des identités de genre – y compris masculines – sans oublier que d’autres variables (statut, classe, âge…) sont toujours à l’œuvre dans l’élaboration des relations sociales d’altérité, des rapports interpersonnels, comme des identités personnelles. - Lieu : IMAF rue Malher, Centre Malher , 9, rue Malher, Paris 4è, M° Saint-Paul - Rens. 01 44 78 33 32 annedoquet(at)yahoo.fr, anne.hugon(at)wanadoo.fr http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article1519

jeudi 9 février de 12h à 13h30 : Rencontre-échanges sur « Les mutilations sexuelles faites aux femmes », par la Chargée de mission droits des femmes de la Ville de La Courneuve et de l’Université citoyenne courneuvienne.  - Lieu : Maison de la citoyenneté, en face de la Mairie , 33 avenue Gabriel Péri, à La Courneuve - Rens. 06 70 83 31 73, 01 40 92 01 02 contact@federationgams.org http://federationgams.org/

jeudi 9 février de 14h à 17h : Les Ismailis : de l’espace lusophone à la globalisation avec Nicole Khouri, Maître de conférences retraitée-Université Paris I Panthéon-Sorbonne, IMAF et Jean-Claude Penrad , dans le cadre du Séminaire Anthropologie de l’islam en Afrique - Lieu : IMAF du blv Raspail, École des hautes études en sciences sociales (EHESS), 96 boulevard Raspail, Paris 6è - Rens : 01 53 63 56 50 Marie.Miran(at)ehess.fr, rabia.bekkar(at)ird.fr http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article1521



jeudi 9 et 23 février de 15h à 17h et tous les 2è et 4e jeudis du mois: Séminaire Anthropologie critique de l’État : circulation de la musique contemporaine entre l’Afrique et l’Amérique latine organisé par Rémy Bazenguissa Ganga, directeur d’études à l’EHESS / IMAF (cet enseignant est référent pour cette UE) et Paula Vasquez, chargée de recherche au CNRS / CESPRA . - EHESS, salle des artistes, 96 bd Raspail Paris 6è - Rens bazengui(at)ehess.fr, eldubois(at)ehess.fr http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article1527

jeudi 9 février à 18h30 : « De la fracture coloniale à la guerre des identités : dix ans de débats franco-français. » organisé par le Groupe de recherche Achac dans le cadre des Jeudis de l'IMA, Dix années se sont écoulées entre la parution, aux éditions La Découverte, de La Fracture coloniale (2005) et de l'ouvrage collectif Vers la guerre des identités ? (2016). Dix années sur lesquelles il est important de revenir, à l’heure où la France est, plus que jamais, agitée de débats autour de ces « identités ». Avec : Alexis Jenni, écrivain, coauteur de Les Mémoires dangereuses (Albin Michel, 2016), Rachid Benzine, islamologue, politologue et enseignant, coauteur de La République, l’Église et l’Islam. Une révolution française (Bayard, 2016), Nicolas Lebourg, historien, membre de la Fondation Jean Jaurès, coauteur de Histoire de la haine identitaire. Mutations et diffusions de l’altérophobie (Presses universitaires de Valenciennes, 2016). En présence de François Gèze, grand témoin, ancien président-directeur général des éditions La Découverte. Le débat sera animé par Pascal Blanchard, historien, codirecteur de Vers la guerre des Identités ? De la fracture coloniale à la révolution ultranationale (La Découverte, 2016). - Lieu : Institut du monde arabe (Paris ) salle du Haut Conseil niv 9, 1 rue des Fossé-St-Bernard, Paris 5è - https://www.imarabe.org/fr/rencontres-debats/de-la-fracture-coloniale-a-la-guerre-des-identites-dix-ans-de-debats-franco

vendredi 10 février de 10h à 13h : Guerres, conflits et sociétés au XXIe siècle : Séminaire organisé par Rémy Bazenguissa Ganga, directeur d’études à l’EHESS / IMAF; Jean-Vincent Holeindre, professeur à l’Université de Poitiers et Sami Makki, maître de conférences à Sciences Po Lille - lieu : : IMAF / Site Raspail, salle de réunion, 2e étage, 96 bd Raspail, Paris 6è - Rens. : bazengui(at)ehess.fr, eldubois(at)ehess.fr http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article1543

vendredi 10 février de 11h à 13h : Images, imaginaires et univers religieux afro-haïtien : de la mise en représentation à la réappropriation, un archétype de la globalisation avec Federico VARRASSO , cinéaste, chercheur associé au HAR-Paris Ouest-Nanterre La Défense, chercheur post-doctorant au CRIA de l’Institut Universitaire de Lisbonne - Présentation avec extraits de films et autres : dans le cadre du séminaire Supports et circulation des savoirs et des arts en Afrique et au-delà : - Lieu : IMAF , salle des artistes, 96 bd Raspail, Paris 6è - Rens : 01 53 63 56 50 elisabeth.dubois(at)ehess.fr http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article1546

vendredi 10 février à 20h30 : Soirée musicale algéro-tunisienne à l'occasion de la commémoration des événements de Sakiet Sidi Youssef : A l'occasion de la commémoration des événements de Sakiet Sidi Youssef du 8 Février 1958, l'Ensemble Waslah a le plaisir d'animer une soirée musicale à la mémoire des victimes de ces événements. C'est également, à l'image de de la raison d'être de l'Association; une amitié indéfectible entre les peuples maghrébins, partageant une histoire commune et tournés vers un futur meilleur, optimiste et serein. - Entrée 15€ - Lieu : Centre Culturel Algérien, 171 rue de la Croix Nivert, Paris 15è, M° Ligne 8, station Boucicaut - Rens. 01 45 54 95 31 contact@cca-paris.com http://www.cca-paris.com/

samedi 11 février de 9h30 à 11h : Stage de danse traditionnelle congolaise avec percussion en live : Bolewa n'est pas qu'un simple danseur. Sa danse est un art engagé, il se définit comme un "artiviste". Sa philosophie est "Fais de ton corps une machine, de ton cerveau une arme, de ton cœur un art et de ta vie une œuvre" Il a un parcours atypique, que vous retrouverez dans https://youtu.be/pKHs0rqDA7A - Tarif 18€ - Lieu : 10, rue Volney, Paris 2è, M° Opéra - Rens : bolewa05@hotmail.com


samedi 11 février de 14h30 à 17h : Belleville Babel-Ville :ce vieux quartier parisien de Belleville ! Terre d’Asile et destination ultime de plusieurs dizaines de milliers de migrants depuis la fin du XIXe siècle. Découvrez un patrimoine culturel vivant partagé par ses habitants originaires d’Europe Centrale, d’Afrique du Nord ou d’Asie du Sud-Est à travers le prisme idéal de la création. Un voyage au sein d'un quartier populaire et cosmopolite où s'entremêlent lieux d'histoire, parcours d'artistes et récits à foison.. - Prix : A partir de 15 € par personne - Lieu de rendez-vous au Marché africain de Château Rouge au sortir du métro (angle Boulevard Barbès et Rue Poulet devant le kiosque) dans le 18ème à Paris - Inscription préalable par courriel : voyagesiproche@bastina.fr - Rens. : 08 05 69 69 19 bastina@bastina.fr www.bastina.fr

samedi 11 février de 15h à 18h : Cours de Danse africaine et Bien être aux sons des percussions live avec Alphonse Tierou - Tarif : 50€ voir aussi abonnement annuel - Lieu : A la Métisse, 123 rue de Tocqueville, paris 17è, M° Wagram - Rens. Alphonse Tierou 06 84 07 10 38 alphonse.tierou@worldonline.fr http://www.danseafricaine-tierou.com/ www.tierou-doople.com

mardi 14 de 10h à 17h et mercredi 15 février de 10h à 14h : Formation Civique et Citoyenne (FCC) ouverte à tous les volontaires en Service Civique Déterminée à encourager les jeunes à être acteurs à part entière de la citoyenneté, ANI propose de dispenser 1 jour et demi de formation aux volontaires. Propice aux échanges, la formation est l'occasion de partager notre savoir faire, notre méthode, notre pédagogie et nos outils. Nous favorisons les méthodes participatives et inclusives d'apprentissage, et nous proposons un atelier pratique qui permet la mise en action des outils pédagogiques appris. - Tarif : 100€/ participant. Volontaires en Service Civique (somme versée à votre structure par l'Agence du Service Civique pour organiser cette formation). Les frais de déplacement et de repas de vos volontaires sont à la charge de votre structure. - Lieu : Maison des Associations 22 Rue Deparcieux, Paris 14è - Rens 01 43 60 52 96 contact@ani-international.org

mardi 14 février à 19h : Conférence "Exil et migrations aujourd'hui" avec Alexis Nuselovici : De par sa nature et son ampleur, l'exil de masse contemporain ne constitue pas un chapitre de plus dans l'histoire des migrations en Europe. Le phénomène, par conséquent, appelle des approches novatrices afin d'en saisir les paramètres et redéfinir une politique de l'hospitalité pour notre temps. Alexis Nuselovici est Professeur de littérature générale et comparée à l'université d'Aix-Marseille. Il a jusque récemment occupé le poste de Chair of Modern Cultural Studies à l'université de Cardiff (Royaume-Uni) et a enseigné auparavant à l'université de Montréal. Il a été professeur invité au Brésil, en Turquie, en Espagne et en France. Directeur ou membre de plusieurs équipes de recherche internationales, il est titulaire de la chaire « Exil et migration » au Collège d'études mondiales de la Fondation Maison des sciences de l'homme. Il a publié une dizaine de livres dont Plaidoyer pour un monde métis (2005) et Paul Celan. Les lieux d'un déplacement (2010), La condition de l'exilé. Penser les migrations contemporaines (2015). En partenariat avec le Collège d'études mondiales - Fondation Maison des sciences de l'homme - Lieu : Fondation Calouste Gulbenkian - Délégation en France, 39 bd de La Tour Maubourg, Paris 7è - Rens. Et Inscription obligatoire 01 53 85 93 93 calouste@fondationcaloustegulbenkian-paris.org www.gulbenkian-paris.org



mardi 14 février de 14h à 16h et 2e et 4e mardis du mois jusqu'au 13 juin: Guerres électorales ou violences électorales ? L’usage de la violence apparaît presque toujours comme une perversion du déroulement normal des pratiques de dévolution du pouvoir à un candidat. Le séminaire sera consacré à l’analyse épistémologique de la confusion à la base des réflexions qui tendent à réduire le processus de l’élection au moment clé du vote alors que l’élection est un tout qui ne fait que l’inclure. Le moment du vote, en consacrant le choix par l’introduction d’un bulletin dans l’urne peut, à la rigueur, avoir la paix comme horizon normatif. Par contre, l’élection, en tant que processus candidat ne peut se réduire à cette simple modalité dans l’expression de la décision. Dans cette perspective, c’est bien l’horizon de la guerre que l’élection engage.: Séminaire de Rémy Bazenguissa-Ganga, directeur d’études à l’EHESS - Lieu : IMAF du blv Raspail, École des hautes études en sciences sociales (EHESS), 96 boulevard Raspail, Paris 6è - Rens : 01 53 63 56 50 bazengui(at)ehess.fr http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article1542

jeudi 16 février de 18h à 19h30 : L’écrit pragmatique africain. Dernier dossier de la revue Afriques. Débats, méthodes et terrains d’histoire, n° 7, 2016. avec Anaïs Wion, Aïssatou Mbodj-Pouye et Sébastien Barret - dans le cadre des rencontres de la Bibliothèque de recherches africaines (BRA) : des chercheurs de l’IMAF qui présentent leurs dernières publications. Ces rencontres sont l’occasion de connaître l’actualité éditoriale de l’IMAF et de partager avec les chercheurs un moment d’échange et de débat. - Lieu : salle de lecture de la Bibliothèque de recherches africaines, 9 rue Malher, Paris 4è, M° Saint-Paul. - Rens. http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article1682

vendredi 17 février et chaque 3ème vendredi du mois de 18h30 à 19h30 : Rassemblement du Cercle de Silence à Paris contre le traitement inhumain des sans papiers - Vous pouvez vous joindre au cercle à tout moment, même pour seulement quelques instants. Par notre participation au cercle de silence, nous voulons dénoncer les traitements inhumains réservés aux migrants du seul fait qu'ils n'ont pas de papiers en règle. Nous en appelons à la conscience de tous et vous invitons à rejoindre le cercle de silence place du Palais-Royal - Cercle composé de citoyen(ne)s dont certain(e)s sont membres de : AARAO les Messagers, AI, CCFD, CFDT-Terre Solidaire, Cercle de Résistance, Paris-Sud CGT, Cimade, FEP, LDH, MAN, MIR, Mission Populaire Evangélique, Pastorale des Migrants, Réseau Chrétiens-Immigrés, Réseau franciscain Gubbio, Résister aujourd’hui, RESF, Secours Catholique, Syndicat de la Magistrature ...… - Lieu : Place du Palais Royal, Paris 1er, M° Palais-Royal-Musée-du-Louvre http//www.cerclederesistance.fr



samedi 18 février à 14h : Balade de 2h30 sur la Mode à La Goutte d'Or accompagné du Passeur de culture. Une Fashion Mix «hors les murs» dans un ancien quartier de Paris : à la rencontre des artisans, tailleurs, mécaniciens, «sapeurs» ou créateurs qui, un jour dépassèrent océan, montagne et désert pour venir à la capitale. Rendre visible la participation des immigrants à la couture et au prêt-à-porter français (confection) et mettre en évidence leurs apports à l’inventivité, la beauté et l’élégance hexagonales. Partagez passion, savoir et accent de vérité dans le quartier chamarré de La Goutte d’Or à Paris, capitale internationale de la mode ! (En écho à l'exposition Fashion Mix au Musée de l'Histoire de l'Immigration). Découvrez un quartier où l'atelier de confection côtoie la boutique de créateur, où le vendeur de bazins fréquente le styliste émérite, où les coiffeurs afro palabrent avec les esthètes de la "Sapologie".... Vivez la multitude des couleurs des wax africains, des caftans arabes et des costumes "ambianceurs". Touchez le travail de création de Xuly Bët, Sakina M'Sa, Mazalay ou du tailleur de quartier ! 1/2 j. à partir de 15 € à partir de 6 personnes - Inscription préalable par courriel : voyagesiproche@bastina.fr - Rens. : 08 05 69 69 19 bastina@bastina.fr voyagesiproche@bastina.fr www.bastina.fr

lundi 20 février de 13h45 à 19h : Colloque Egypte. La France jouit en Egypte d’une aura très positive où les entreprises françaises ont su s’inscrire durablement dans le paysage économique ! - Lieu : le Senat, Palais du Luxembourg, 77 Boulevard Saint Jacques à Paris 14è - Organisé par le Service Evénements spéciaux - Rens et Inscription Maryse Azia 01 40 73 36 89, Evenements.speciaux@businessfrance.fr http://www.businessfrance.fr http://export.businessfrance.fr/programme-france/001PRG-25095+colloque-egypte.html

du mardi 21 février au 31 mars : Série de spectacle « Les Traversées du monde arabe » Ces traversées sont une invitation à jouer à saute-frontières, pour défier les forteresses qui s’érigent inexorablement. Six semaines de danse, de théâtre et d’événements pour rebâtir les chemins qui nous relient aux autres - Tarif de 30€ e 25 à 6 € - Lieu : Le Tarmac - La scène internationale francophone - 159 avenue Gambetta, Paris 20è, M° Saint-Fargeac - Rens. Réservation 01 43 64 80 communication@letarmac.fr www.letarmac.fr



mardi 21 février de 9h30 à 12h30 : Le(s) roi(s) Armah et Armaha : un jalon entre la fin d’Aksum et les débuts de la dynastie Zagwe (VIIe-XIIe siècle) avec Marie-Laure Derat (CNRS, Orient & Méditerranée) - dans le cadre Monuments et documents de l’Afrique ancienne : recherches en cours en histoire, histoire de l’art et archéologie Organisé par Claire Bosc-Tiessé, CNRS / IMAF ; Marie-Laure Derat, CNRS / Orient & Méditerranée et Anaïs Wion, CNRS / IMAF - Lieu : IMAF rue Malher, Centre Malher , 9, rue Malher, Paris 4è, M° Saint-Paul - Rens. 01 44 78 33 32 Claire.bosc-tiesse(at)univ-paris1.fr ; derat(at)univ-paris1.fr ; anais.wion(at)univ-paris1.fr http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article1552

mardi 21 février à 11h : Rassemblement Hommage à Missak Manouchian et aux FTP MOI (Francs Tireurs et Partisans de la Main d’Oeuvre Immigrée) - Dans le cadre de la semaine anticoloniale - Lieu : RDV devant le 11 rue de Plaisance Paris 14è, M° Plaisance - Rens. 07 86 10 95 30 jzl2805@gmail.com http://anticolonial.net/spip.php?article3019

mardi 21 février de 15h à 17h : Les usages politiques des confréries soufies dans le monde arabo-berbère méditerranéen et en Afrique de l’Ouest : Séminaire organisé par Odile Moreau, maître de conférences à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 / IMAF et Pierre Vermeren, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne / IMAF - Lieu : IISMM, salle de réunion, 1er étage, 96 bd Raspail, Paris 6è - Rens. pierre.vermeren(at)univ-paris1.fr, odile.moreau(at)univ-montp3.fr http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article1545

mardi 21 février de 18h30 à 20h : Du global au local, les solutions de demain pour repenser nos politiques migratoires, En partenariat avec l'association Politicus : De l’ONU aux initiatives locales en passant par les chefs d’Etats, une vraie prise de conscience apparaît sur le fait que l’un des sujets majeurs auquel sera confronté le 21e siècle est la gestion des migrants et des migrations. La thématique des migrants nous touche au quotidien, que ce soit à travers le prisme médiatique ou dans notre vie quotidienne. De la Grèce à la Syrie, de Calais à la Syrie, la question des passeurs ne peut être ignorée. Il s’agit aujourd’hui d’une problématique européenne si ce n’est mondiale à laquelle les réponses actuelles manquent de pertinence, d'efficacité et d'humanisme. Le débat portera notamment sur la mise en place de solutions d’accueil dans la dignité pour les migrants à travers le digital? Nous recevrons, Raphael Glucksmann*, philosophe, Francoise Sivignon*, présidente de Médecins du monde, un-e représentant-e de l'association Singa, et Thomas Henrion*, responsable du pôle lutte contre la précarité à Autre Monde, association de solidarité. Le débat sera animé par Werner Latournald, président de Politicus. - Lieu : La Maison de l'Europe - 35-37, rue des Francs-Bourgeois, Paris 4è - Rens. Inscription obligatoire 01 44 61 85 85 europe1@paris-europe.eu http://www.paris-europe.eu/



mercredi 22 février de 11h à 13h : Quand Dieu apparût aux Bamiléké. Doctrine chrétienne et royauté sacrée avec Franck Beuvier, CNRS / IIAC - Dans le cadre du Séminaire Savoirs ethnographiques et ethnographie des savoirs en Afrique - Lieu : EHESS,105 bd Raspail, salle 11, Paris 6è - Rens. franck.beuvier(at)yahoo.fr, afrinauta(at)gmail.com http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article1547

mercredi 22 février à 18h30 : Soirée lecture-Chant : À l’occasion de la sortie de son deuxième bouquet poétique " Maqamat Al Wajd " chez Dar Al Farabi au Liban, Rime AL-SAYED, poétesse syrienne, vous invite à une balade poétique et musicale accompagnée par la chanteuse marocaine soprano lyrique Amina Ben Souda et le musicien virtuose syrien Khalil Jerro. " Maqamat Al Wajd " réunit des poèmes conçus dans les jars de l’âme, nichés dans la matrice de l’attente et qui ont vu le jour sur les chemins de l’errance pendant les différents voyages. Débat et séance dédicace sont au programme, à l'issue de la soirée. - Lieu : Centre Culturel Algérien, 171 rue de la Croix Nivert, Paris 15è, M° Ligne 8, station Boucicaut - Rens. 01 45 54 95 31 contact@cca-paris.com http://www.cca-paris.com/

jeudi 23 févrierde 17h à 20h : « Les festivités du fifohazana. Tourisme religieux et déferlante médiatique autour du mouvement de Réveil malgache » avec Olivia Legrip-Randriambelo (Université Lyon 2), -ET- « Pèlerins, touristes et commerçants : la confrérie Tijaniyya et le tourisme religieux sénégalais au Maroc » avec Nazarena Lanza (AMU/IDEMEC ; Centre Jacques Berque Rabat), - ET- intervention sur la zawiya al Qaririya Al Boutchichiya (Maroc) avec Aziz Hlaoua (CEMS, EHESS, Paris ; CJB, CNRS,Rabat) - Dans le cadre du Séminaire Tourisme : recherches, institutions, pratiques, - Lieu : 45 rue des Saints-Pères, Paris 6è, salle Mandel C - Rens. annedoquet(at)yahoo.fr, saskiacousin(at)free.fr, nchabloz(at)ehess.fr, sebastien.jacquot(at)univ-paris1.fr http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article1525

jeudi 23 février à 18h30 : Inauguration de la semaine anticoloniale et Soirée de présentation du programme et de la campagne sur la palestine - La soirée se prolongera par un temps convivial. - Lieu : Espace Oscar Niemeyer 2 Place du Colonel Fabien Paris 19ème, M° Colonel Fabien - Inscriptions à : international@pcf.fr - Rens. 07 86 10 95 30 jzl2805@gmail.com http://anticolonial.net/spip.php?article3019



jeudi 23 février à 19h : L’ Afrique des clichés, des stéréotypes et des préjugés avec Georges Courade (auteur du livre L’Afrique des idées reçues, 2016, Belin) - Lieu : La Belle Etoile - Jolie Môme, 14, allée Saint-Just, La Plaine Saint-Denis, M°Front Populaire - Rens. 07 86 10 95 30 jzl2805@gmail.com http://anticolonial.net/spip.php?article3019

vendredi 24 février de 11h à 13h : Mathieu ABONNENC, artiste plasticien : dans le cadre du séminaire Supports et circulation des savoirs et des arts en Afrique et au-delà : - Lieu : IMAF , salle 13, 105 bd Raspail, Paris 6è - Rens : 01 53 63 56 50 elisabeth.dubois(at)ehess.fr http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article1546

samedi 25 février à 11h : Projection du film d’Emmanuel Audrain Retour en Algérie, proposé par 4ACG, Rencontre avec Tramor Quemeneur, historien - Paf 6€ - Lieu : Luminor 20 rue du Temple Paris 4è, M°Hôtel de Ville - Rens. 07 86 10 95 30 jzl2805@gmail.com http://anticolonial.net/spip.php?article3019

samedi 25 février de 13h30 à 17h30. projection d’un film sur Thomas SANKARA suivie d’une conférence-débat. Thomas SANKARA est considéré au Burkina Faso comme le premier « héros national » et parmi les leaders panafricanistes. Organisé par le Collectif Faty KOUMBA : Association des Libertés, Droits de l'Homme et non-violence - Lieu : 1/3, rue Frederick Lemaître, M° Jourdain ligne 11 - Rens. 06-17-08-60-30. faty-komba@hotmail.fr

samedi 25 février de 14h30 à 17h : Balade africaine dans le 18eme : Le Petit Mali à Château Rouge à Paris - Baština vous invite au voyage « Petit Mali » au marché africain de Château Rouge dans le 18eme à Paris. SLe nombre et la qualité des produits vendus ici éveille vos papilles, éblouit votre regard, égaye vos sens… Le marché de Château Rouge égalise les meilleurs marchés de Bamako ou Dakar : partout ce ne sont que capitaines, tilapias, machoirons, ignames, patates douces, piments, gombos, sauce graine ou arachide…Ces lieux de vie demeurent emblématiques de la geste ouest-africaine à Paris Rendez-vous avec le passeur de culture malien au marché africain de Château Rouge dans le 18eme arrondissement de Paris. - Prix : A partir de 15 € par personne - Lieu de rendez-vous au Marché africain de Château Rouge au sortir du métro (angle Boulevard Barbès et Rue Poulet devant le kiosque) dans le 18ème à Paris - Inscription préalable par courriel : voyagesiproche@bastina.fr - Rens. : 08 05 69 69 19 bastina@bastina.fr www.bastina.fr



samedi 25 février à 20h30 : Concert de Ahcene N'Ath Zaim : Ahcene - de son vrai nom Ahcene Salhi, il nous vient de la Kabylie. Chanteur dès son jeune âge, il a côtoyé dans son parcours artistique, des grands maître de la chanson algérienne, tels que Akli YAHIATENE, Cheikh El Mehdi. Ce dernier est peu connu du public. Cependant, son répertoire musical a largement contribué à la richesse de la musique algérienne. - Entrée 13€ - Lieu : Centre Culturel Algérien, 171 rue de la Croix Nivert, Paris 15è, M° Ligne 8, station Boucicaut - Rens. 01 45 54 95 31 contact@cca-paris.com http://www.cca-paris.com/

Actions situées dans les Yvelines (78)

jeudi 9 février de 18h à 19h et tous les 2 ème jeudi du mois : Cercle de silence à Versailles : Que votre participation soit d'une minute, d'une dizaine de minutes ou d'une heure complète, elle marque votre soutien. Vous pouvez aussi y venir en groupe. Organisé par RESF : RESF78 est un collectif d’associations et de militants des Yvelines (78) qui apportent un soutien actif aux élèves sans papiers et à leurs familles - Lieu : Place du marché aux fleurs, angle Avenue de Saint-Cloud - avenue de l’Europe, marché aux fleurs à Versailles (78), RER-C Versailles - Rens : 01 34 92 50 94 cercledesilence.versailles@gmail.com https://sites.google.com/site/cercledesilenceversailles/

samedi 25 février à 11h et tous les quatrièmes samedis du mois : Cercle de Silence de Mantes - Le Cercle de Silence est une action non violente qui rassemble régulièrement, dans un espace public, des hommes et des femmes de divers horizons et de toutes convictions philosophiques, politiques et religieuses. Il s'agit d'alerter tous les citoyens sur le sort réservé aux personnes étrangères venues en France pour mieux vivre ou sauver leur vie. Avec ou sans papier, l'étranger est une personne. La dignité de chaque personne ne se discute pas, elle se respecte. Notre silence le crie. - avec citoyen(ne)s dont certain(e)s sont membres de : LDH, Pastorale des Migrants, Réseau Chrétiens Immigrés, RESF, Équipe paroissiale d’accueil des migrants, ACO, Secours Catholique, ASTI, PS, PCF, CCFD, DECIL (démocratie et citoyenneté locales) - Lieu : Mantes-la-Jolie, Place Saint-Maclou à Mantes-la-Jolie (78)



Actions situées en Essonne (91)

vendredi 3 février de 18h à 19h et tous les 1er vendredi du mois. Cercle de silence à Brétigny : Avec ou sans papiers, l'étranger est un être humain. Par notre rassemblement en cercle et en silence, nous entendons attirer publiquement l'attention sur le sort réservé aux migrants, aux étrangers et aux demandeurs d'asile. Nous affirmons que chaque personne est digne de respect et que les atteintes à la dignité de quelques-uns blessent tous les êtres humains dans leur humanité. Le cercle de silence de Brétigny est composé de citoyen(ne)s dont certain(e)s sont membres de : Alphabeta, ATD Quart Monde Essonne, CCFD-Terre Solidaire, Comité Chrétien en Solidarité avec les Chômeurs et les Précaires, Communauté Catholique de Brétigny/Le Plessis-Paté, Eglise Réformée de la Vallée de l'Orge, Ligue des Droits de l'Homme, Observatoire du CRA de Palaiseau, Parti de Gauche, Réseau Education Sans Frontières 91, Réseau franciscain Gubbio, Restos du Cœur, Solidarités Nouvelles pour le Logement. - Lieu : Place de la Gare à Brétigny-sur-Orge, RER-C Brétigny-sur-Orge (91) - Rens. cercledesilencebretigny@yahoo.fr http://cerclesdesilence.info


Actions situées dans les Hauts de Seine (92)

mercredi 1er février à 15h : Rassemblement de soutien au Foyer COALLIA de Boulogne Billancourt, une délégation composée par des représentants des résidents du foyer Nationale de Boulogne Billancourtet des représentants du collectif de soutien est reçue en mairie par le sous-préfet et le maire à 15h - Une délégation massive l'accompagnera et attendra son bilan à sa sortie. Tous ceux qui sont libres peuvent venir se joindre à ce rassemblement - Tous ceux qui ont des contacts avec des journalistes peuvent les inviter à nous rejoindre pour une conférence de presse à 16h30 - - Origine de la protestation : Dans la nuit du 15 au 16 décembre, un incendie d’origine criminelle a démarré dans le hall de l’immeuble du 29 rue Nationale, avec un bilan dramatique : un mort et plusieurs blessés. Cet évènement a été largement médiatisé présentant le foyer comme « un repère de délinquants » et choqués que le maire, M. Baguet, n’ait exprimé aucune compassion, - le comité de soutien comprend une vingtaine d'organisations, représentées au niveau local, départemental, régional ou national dans le comité de soutien animé par les délégués des résidents et le Collectif pour l'avenir des foyers (COPAF) - Lieu du RV de 14h30 devant la Mairie de Boulogne, 26 av André Morizet, M° Marcel Sembat - Rens. pour le comité de résidents et collectif de soutien Genevieve PETAUTON 06 87 61 29 77 petauton.genevieve@wanadoo.fr http://www.copaf.ouvaton.org

jeudi 2 février à 7h30 : Soutien de solidarité aux étrangers maltraités: La sous-préfecture d’Antony a rouvert le 24 janvier après deux mois de fermeture suite à un incendie. Pendant cette période pas de dépôt possible pour les nouvelles demandes. Une partie des rendez-vous déjà donnés a été honorée… à Nanterre. D’autres ont été annulés car les employés, transportés en car d’Antony à Nanterre n’arrivaient qu’à 10 heures et repartaient à 15 heures. Des centaines de personnes se pressent, par un froid glacial, tous les matins à partir de 5 heures, à la porte de la SP. Certains ont perdu leur emploi et/ou toutes les prestations sociales pour n’avoir pas pu faire renouveler leur titre de séjour à temps. Il est indispensable d’agir pour que les moyens nécessaires en locaux (bungalows) et en personnel soient accordés en urgence à la sous-préfecture. Il faudrait d’autre part obtenir que, faute de pouvoir traiter les dossiers selon la procédure « normale », la SP soit provisoirement autorisée à prolonger la validité des titres de séjour avec un simple tampon « Validité prorogée jusqu’au xx ». Nous invitons les associations, les personnes, les élu(e)s à se venir devant la sous-préfecture le jeudi 2 février à 7h30, chacun(e) apportant des thermos de café et/ou de thé quelques viennoiseries à offrir à celles/ceux qui attendent dans le froid. Ce sera un indispensable geste de solidarité à l’égard des étrangers maltraités mais aussi, avec la participation d’élus et la médiatisation, un moyen d’obtenir du gouvernement les moyens nécessaires et l’autorisation de prolonger les titres de séjour sans interminables formalités. - Lieu : SP Antony, 99 avenue du Général De Gaulle, RER Croix de Berny - Rens. Armelle Gardien pour RESF 92 armelle-g@wanadoo.fr



samedi 4 février de 14h à 17h30 : Initiation au jeu De Nzango ( jeu africain) : toutes les mamans d'Asso louange solidarité invitent et ouvrent leur porte encore à toute personne ou groupe qui veulent apprendre à jouer ce jeu de Nzango. Pour pouvoir participer au concours du samedi 06/05/2017 auquel vous êtes tous invités à célébrer cette journée de la fête du travail en famille avec vos soeurs de l'Asso Louange Solidarité, - Lieu : 125, rue Armand Silvestre, Courbevoie (92) - Rens. 06 48 44 77 60.

samedi 11 février de 11h à 12h et tous les second samedi du mois : Cercle de silence d'Antony, une manifestation silencieuse pour protester contre les conditions de vie indignes auxquelles sont condamnés les migrants, du fait de politiques tant nationales qu'européennes, quand il ne s'agit de mise en danger des personnes. Le collectif Migrants, Changeons notre Regard ! a été constitué à l’initiative de : Attac, La Cimade, CCFD-Terre solidaire, Ligue des Droits de l’homme - Antony, RESF, La Vie Nouvelle, l’Observatoire citoyen du centre de rétention administrative de Palaiseau, Les Amis de l’avenir, Femmes-Egalité - Lieu : - Place René Cassin, dalle du RER B Antony (92) - Rens. Éric Colas eric.colas@evab.org attac.cables92@gmail.com

jeudi 16 février de 12h15 à 13h15 et tous les 3ème jeudi de chaque mois : Invitation à participer au Cercle de Silence de la Défense : Le Cercle de Silence est un rassemblement de citoyens et de membres de Notre Dame de Pentecôte, du Secours Catholique du 92, d'ATD-Quart-Monde, du CCFD-Terre Solidaire du 92, du Réseau Éducation Sans Frontières (RESF 92), de l’Arche de Lanza del Vasto, et- Par notre participation au Cercle de Silence, nous voulons attirer l’attention sur les traitements inhumains réservés aux migrants du seul fait qu'ils n'ont pas de papiers en règle.Nous refusons toute chasse aux étrangers qui inflige aussi des traumatismes profonds à ceux qui en sont les témoins, à la société toute entière, aux enfants particulièrement. Les atteintes à la dignité de quelques-uns blessent tous les hommes dans leur humanité. Nous voulons que la France redevienne un pays d’accueil, sans cesse enrichi et transformé par des êtres humains venus dmonde entier. Le Cercle de Silence est un rassemblement de citoyens et de membres de Notre Dame de Pentecôte, du Secours Catholique du 92, d'ATD-Quart-Monde, du CCFD-Terre Solidaire du 92, du Réseau Éducation Sans Frontières (RESF 92), d'ATTAC92, de l'’Arche de Lanza del Vast etc... - Lieu : Parvis de la Défense (92) Entre le CNIT et les Quatre Temps, RER SNCF ou tram arrêt Grande Arche - Rens. Christian Wendling 06 44 23 84 88 christian.wendling@wanadoo.fr romain.treppoz@laposte.net



samedi 18 février de 14h à 17h « La gestion de l’interculturalité dans l’éducation : Rôle de la famille » organisé par l'association AFAS, en partenariat avec le Groupe ATTAC Courbevoie, dans le cadre du Club « Échelle » - Lieu : 6 rue Adam Ledoux à Courbevoie (92), Depuis la Défense Grande Arche, bus 275 descendre Place Charras, Depuis la gare Saint Lazare descendre a Courbevoie en tête de train, prendre la rampe d'accès à gauche, la rue Adam Ledoux est en face (Temps total 15mn maximum) - Rens. Bintu Mulongo Présidente 06 68 58 66 42 afasinfos@gmail.com ou 06 21 05 47 38 jp.vanhoove@wanadoo.fr

Actions situées en Seine St Denis (93)

jusqu'au 5 février tous les jours de 12h à minuit : « Village Expo et Retransmission de la CAN Gabon 2017. » Pour vivre en directe la retransmission des finales de la CAN dans une ambiance festive mettant en valeur la culture Africaine : la gastronomie, l'art, le sport, l'économie de chaque pays présent . Artistes, personnalités, journées spéciales et bien d’autres surprises seront de la partie pour faire vibrer le village. Entre deux matchs, profitez de show cases d’artistes mondialement connus. Et Surtout, ne manquez pas nos journées spéciales : lundi 30 : Journée dédiée à la promotion de la femme, mardi 31 : Journée dédiée au patronat Africain. Cet espace comprendra entre autres, un espace de retransmission sur écran géant, une scène de spectacle, un espace gastronomique africain, 54 stands dédiés à chaque pays africain - Entrée 10€ Gratuit pour les moins de 10 ans - Lieu : African Village Diaspora au Palais des congrés de Montreuil , 128, Rue de Paris, Montreuil (93), M° Robespierre - Rens. 01 49 20 69 00 ou Marie Josée Mabasi Référente pôle Congo RDC 07 52 92 28 48 mmabasi88@gmail.com http://africanvillagediaspora.org/contact/

mardi 31 janvier à partir de 12h : Journée dédiée au patronat Africain dans le cadre de la CAN 2017 et visite du Village Expo - Entrée 10€ Gratuit pour les moins de 10 ans - Lieu : African Village Diaspora au Palais des congrés de Montreuil , 128, Rue de Paris, Montreuil (93), M° Robespierre - Rens. 01 49 20 69 00 ou Marie Josée Mabasi Référente pôle Congo RDC 07 52 92 28 48 mmabasi88@gmail.com http://africanvillagediaspora.org/contact/

mercredi 1er et dimanche 2 février à 20h : Retransmission Demi-finale de la CAN 2017 et visite du Village Expo - Entrée 10€ Gratuit pour les moins de 10 ans - Lieu : African Village Diaspora au Palais des congrés de Montreuil , 128, Rue de Paris, Montreuil (93), M° Robespierre - Rens. 01 49 20 69 00 ou Marie Josée Mabasi Référente pôle Congo RDC 07 52 92 28 48 mmabasi88@gmail.com http://africanvillagediaspora.org/contact/

samedi 4 février 20h : Retransmission du Match pour la 3ème place de la CAN 2017 et visite du Village Expo - Entrée 10€ Gratuit pour les moins de 10 ans - Lieu : African Village Diaspora au Palais des congrés de Montreuil , 128, Rue de Paris, Montreuil (93), M° Robespierre - Rens. 01 49 20 69 00 ou Marie Josée Mabasi Référente pôle Congo RDC 07 52 92 28 48 mmabasi88@gmail.com http://africanvillagediaspora.org/contact/



samedi 4 février de 14h à 17h : Tchad : qu'est devenu Ibni Oumar Mahamat Saleh ? - Avec : Acheikh Ibn Oumar, ancien Ministre des affaires étrangères du Tchad et ami d'Ibni, Delphine Lecoutre, coordinatrice Tchad-RCA à Amnesty International France et qui parlera de l'engagement d'Amnesty sur le dossier Ibni ; Brahim Ibni Oumar, fils d'Ibni et activiste politique très actif ; Gali Ngotté Gata, député de l'opposition et ami d'Ibni, Seidik Abba, journaliste nigérien, chroniqueur au Monde Afrique qui parlera notamment des attaches nigériennes d'Ibni et plus généralement des relations actuelles du Tchad avec ses voisins ; Makaila Nguebla et Abdelkerim Yacoub Koundougoumi : Makaila est un blogueur et journaliste tchadien tandis qu'Abdelkerim est un activiste politique, fondateur du PACT. lls parleront de la situation générale des droits de l'Homme au Tchad depuis la disparition d'Ibni ; Roland Marchal : chercheur au CERI de Sciences PO/CNRS, spécialiste du Tchad, de la Centrafrique et de la corne de l'Afrique ; il est l'auteur d'un excellent rapport sur la politique française et européenne au Tchad, rédigé sous l'égide du CCFD. A la fin des interventions, une petite vidéo sur Ibni sera projetée. 30 minutes environ seront ensuite dédiées aux questions et aux interventions de la salle qui, à n'en pas douter, seront très nombreuses. - Lieu : Fondation Gabriel Péri 14 rue Scandicci, Pantin (93), M° ligne 5 : Hoche - Rens. Thomas Dietrich 06 77 38 76 7 thomas.dietrich90@gmail.com

dimanche 5 février 20h : Retransmission de la Finale de la CAN 2017 et visite du Village Expo - Entrée 10€ Gratuit pour les moins de 10 ans - Lieu : African Village Diaspora au Palais des congrés de Montreuil , 128, Rue de Paris, Montreuil (93), M° Robespierre - Rens. 01 49 20 69 00 ou Marie Josée Mabasi Référente pôle Congo RDC 07 52 92 28 48 mmabasi88@gmail.com http://africanvillagediaspora.org/contact/

mercredi 8 février à 14h30 et 15h : Conte « Kwaku Ananse l homme araignée » avec Caroline Castelli : Les histoires voyagent grâce aux bouches à oreilles. En Jamaique, on raconte les histoires de Anancy the spiderman, des histoires sages et folles, drôles et grinçantes. Ces histoires viennent de la mémoire des africains du Ghana capturés et déportés en Jamaique lors de l’esclavage. De leurs souvenirs sont venues les histoires de Kwaku Ananse l homme araignée. Imaginez un homme avec 4 jambes et 4 bras qui aime jouer des tours aux autres, mais comme le dit le proverbe : tel est pris qui croyait prendre.... Un jour Ananse devait aider sa femme à ramasser des petits pois..... - Lieu : Centre de loisirs maternel Raspail, rue Jules Guesde, Rosny sous bois (93) - Rens. 01 48 55 76 88 ou Caroline Castelli : 06 81 83 90 55 carolinecastelli@orange.fr https://www.facebook.com/pages/Caroline-Castelli-conteuse/208522355838402?ref=ts



lundi 13 février de 9h30 à 11h : découvrir ce qu’est l’ESS avec les équipes de Projets19 et la couveuse Epiceas : De loin l’économie sociale et solidaire (ESS) peut ressembler à un fourre-tout où cohabitent aussi bien les amap, le commerce équitable, l’insertion par l’activité économique, l’agriculture paysanne, les coopératives de consommation… …mais si on s’approche et qu'on y prête attention on s’aperçoit que L’ESS rassemble les personnes autour des valeurs de solidarité et de démocratie. On s’aperçoit que l’ESS exprime l’aspiration à travailler, produire, se déplacer ou consommer sans épuiser notre environnement et les hommes…bref que l’ESS c’est un peu l’effort collectif pour que l'économie ressemble à nos convictions - Lieu : Coopérative Pointcarré, 20 bis rue Gabriel Péri, Saint-Denis (93) - Rens et Inscrption : elie.preveral@pointcarre.coop formation@pointcarre.coop



Actions situées dans le Val de Marne (94)

mercredi 15 février à 19h30 : débat "Diversité culturelle -diversité politique" organisé par Les maillons de la chaîne de Vitry présidé par Rached Tombari avec Thierry Sinda, président de l' Union pour la Nouvelle France; Mehdi Belabbas, adjoint au Maire d' Ivry (EELV); Aminata Niakate, avocate. - Lieu : Salle du château 6, rue de Montebello à Vitry-sur-Seine (marché de l' église). - Rens. 06 10 01 95 25 / 07 68 56 32 68 / 06 19 15 33 94 unionpourlanouvellefrance@gmail.com

du samedi 25 février au 26 mars, les samedis a 20h30 et dimanches à 18h : Représentation du "Bar des Poètes", comme tous les Bars De nos villages et villes africaine… Car tous les africains sont des Poètes... À leur façon! - La Nouvelle Création du Theatre Aleph, ( après L indien qui marche sur la Mer...) . - Lieu : Théâtre Aleph, 30 rue Christophe Colom, à Ivry sur seine (94) - Reservation 06 95 67 28 15 theatrealeph@wanadoo.fr www.theatrealeph.com - Rens. 01 46 70 56 85 ou 06 08 58 80 29 abakuya@gmail.com www.abakuya.net

dimanche 26 février de 14h à 18h30 : Souma Tawy Yoga des Pharaons : Yoga de la verticalité d'Egypte antique (en langue pharaonique et en musique), Professeur de l’Institut International de Yoga et Yogathérapie de Maître Yogi Babacar Khane - Ouvert tous niveaux (places limitées à 20 personnes) - P.a.f. 35€ (fournis jus, thé, fruits, biscuits, tapis, couvertures, coussins…) - Lieu : Centre Yoga et Sens, 19 rue maurice Démétroux à Créteil (94), M° Créteil Université - Rens et Réservation Jacques Vieyra : 06.07.95.81.23 jacquesvie2@gmail.com yogadespharaons@gmail.com http://yogaetsens.com



Lieux d'interêt : Librairie africaines, ….

Biblothèque Philantropique (de diffusion) : pas de site internet ni même d'adresse internet, juste un passioné bibliophile, il vous dénichera l'ouvrage introuvable et pour le plaisir de la rencontre vous le remettra en main propre : Mabaya 06 80 78 22 01

Libraire L’Harmattan de 10h à 12h30 et de 13h30 à 19h - Lieu 16 avenue des Ecoles, 75005 Paris 5è, M° : Maubert-Mutualité (Ligne 10) - Rens. : 01 40 46 79 11 www.librairieharmattan.com

Libraire Présence Africaine, Horaires de 10h à 19h - Lieu : 25 bis avenue des Ecoles, Paris 5è, M° Maubert-Mutualité (Ligne 10). - Rens 01 43 54 13 74

Librairie A-Free-Can sur Internet http://a-free-can.com/

Libraire Panafricaine Tamery de 10h à 22h - Lieu 19 rue du Chalet, 75010 Paris 10è, M° Belleville (Lignes 2 ou 11, sortie numéro 5 donnant accès à la rue du Faubourg du Temple, prendre tout de suite le sens contraire à la sortie du Métro et longer le boulevard de la Villette puis à 15 mètres prendre la rue Civiale à gauche et finalement vous arrivez dans la rue du Chalet). - Rens. 01 48 03 16 35.

Librairie Soumbala, portail francophone du livre africain - Rens. contact@soumbala.com www.soumbala.com

La Boutique Africavivre 03 23 74 89 95 https://www.laboutiqueafricavivre.com/


Librairie Anibwe, ouverte du lundi au vendredi 10h à 14h et de 15h30 à 20h, samedi et dimanche de 10h30 à 13h30 et de 15h30 à 19h, - Lieu : 1 rue Boyer-Barret, Paris 14è, M° Pernety, ligne 13 - Rens. 09 81 42 76 94 anibwe@yahoo.fr www.anibwe.com